La célèbre et mignonne petite bouboule rose Kirby a droit à une nouvelle aventure sur Nintendo Switch. Sage et efficace, Kirby et le monde oublié permet de s’offrir quelques heures tranquilles.

Le hasard du calendrier fait parfois bien les choses. Après l’éprouvant Elden Ring, soit des dizaines d’heures mêlant plaisir intense, mais souffrance extrême, il est judicieux d’enchaîner avec une petite douceur. Malgré les apparences, vous n’en trouverez pas dans Tunic (lisez notre test ici). Pile-poil un mois après le lancement du RPG exigeant de FromSoftware, Nintendo commercialise Kirby et le monde oublié en exclusivité sur Switch le 25 mars 2022. Il s’agit d’une nouvelle aventure pour la célèbre bouboule rose gloutonne.

Comme le laissaient présager les images et les bandes-annonces, Kirby et le monde oublié remplit une tâche simple : proposer une aventure accessible, jamais rebutante, tel un bonbon qu’on prend plaisir à déguster pendant de longues minutes. Le but n’est pas de laisser un souvenir impérissable dans les mémoires — les ambitions ne sont pas élevées. Nintendo veut simplement faire passer un bon moment à celles et ceux qui auraient besoin de s’aérer l’esprit pendant une petite dizaine d’heures, au sein d’un univers vraiment à croquer.

Kirby et le monde oublié
Plus mignon, tu meurs. // Source : Nintendo

Kirby et son adorable transformation en voiture

Mode coopératif

On peut jouer à Kirby et le monde oublié à deux. L’autre joueur incarnera alors un Bandana Waddle Dee, équipé d’une lance pour se défendre.

N’attendez jamais monts et merveilles de Kirby et le monde oublié. Dans sa structure, il fait penser à Mario, son cousin plombier qui, néanmoins, trouve toujours un moyen d’innover d’une manière ou d’une autre. Kirby est beaucoup plus sage dans la prise de risque, même s’il peut avaler un peu tout et n’importe quoi pour s’adjuger des pouvoirs spéciaux. Armé d’une épée, le héros pourra se prendre pour Link, star de Zelda. Après avoir englouti un ennemi qui lance des boules de feu, il sera capable de l’imiter à son tour. Il peut même avaler plusieurs litres d’eau pour nettoyer les décors (une référence à Super Mario Sunshine ?). La panoplie est tout à la fois variée et classique, sachant que cet opus apporte un soupçon de progression. Il est en effet possible de faire évoluer les compétences de Kirby, avec une vraie différence d’un niveau à l’autre (façon Pokémon).

Une promenade agréable

Kirby et le monde oublié s’octroie quand même le luxe d’introduire des super-transformations. À certains moments, Kirby peut aspirer des objets très gros. Une ampoule lui permet de s’éclairer dans les endroits sombres, un cône de chantier sert de marteau-piqueur tandis qu’une voiture autorise quelques courses. Oui, dans Kirby et le monde oublié, la boule rose, animée par des yeux toujours malicieux, est susceptible de devenir un petit bolide pour foncer à vive allure dans les niveaux. C’est un peu cocasse, mais on y croit sans aucun problème.

Kirby et le monde oublié
Kirby x vroom. // Source : Nintendo

En somme, quelques bonnes idées parcourent Kirby et le monde oublié. Ces petits puzzles bon enfant mériteraient d’être présents en plus grand nombre tout au long de l’aventure découpée en mondes, eux-mêmes découpés en niveaux. On sent que les développeurs n’ont rien voulu transcender, préférant miser sur le travail bien fait. Dès lors, on prend très vite ses marques et on parcourt les différents décors sans jamais craindre d’être pris au dépourvu, sans jamais être surpris par un coup asséné dans le dos — exception faite du boss de fin (qui trahit totalement les règles établies par le jeu). Pour un public plus jeune, Kirby et le monde oublié se présente comme un jeu de plateforme 3D très accueillant. C’est une petite promenade qui fait du bien, face à Elden Ring qui est un chemin croix.

NSwitch_KirbyAndTheForgottenLand_Coop_02
Le pauvre petit lapin sur la droite. // Source : Nintendo

Kirby a des airs de Mario

Mario, éternelle mascotte de Nintendo, ramasse des étoiles — ou des lunes — durant ses pérégrinations. Kirby, lui, doit libérer des Waddle Dees, aspirés par un mystérieux vortex puis capturés par une meute de bêtes au sein d’environnements « post-apocalyptiques ». On met post-apocalyptiques entre guillemets, car tout reste est fondamentalement mignon dans Kirby et le monde oublié. Même les ennemis ne font pas vraiment peur. Pire, on aurait presque envie de les câliner avec leur bouille et leur mimique attachantes. Très franchement, personne n’a envie de faire du mal à un renard choupi. En ce sens, il y a un petit côté cruel — assumé — dans Kirby et le monde oublié.

Kirby et le monde oublié
Les Waddle Dees enfermés. // Source : Nintendo

Il existe plusieurs manières de porter secours aux Waddle Dees. Les niveaux comportent chacun des petites tâches — secrètes — à remplir, à découvrir au fur et à mesure. Il y a un double intérêt à en sauver un maximum : accéder au boss de chaque zone et débloquer des bâtiments dans le village qui sert de hub. On y trouve des mini-jeux optionnels, des figurines à collectionner ou encore des éléments qui facilitent la tâche. On pourra par exemple acheter des aliments pour se soigner pendant un combat qui tourne mal — ce qui arrive rarement si on a l’habitude des jeux de plateforme. Point à souligner : Kirby sait esquiver et parer les coups ennemis, des mouvements qui ne sont pas évidents pour le genre (et d’ailleurs mal renseignés).

Kirby et le monde oublié s’efforce de faire un peu la différence avec son habillage qui intègre des personnages cartoon dans des environnements plus réalistes — et souvent délabrés. Sur ce point, il est dommage de constater que la solidité technique fait défaut au jeu. En mode portable, on a remarqué quelques ralentissements et des éléments qui apparaissent un peu trop tardivement. Comme Kirby et le monde oublié n’est pas une vitrine visuelle pour la Switch, c’est à déplorer.

Le verdict

Kirby et le monde oublié // Source : Nintendo
7/10

Kirby et le monde oublié

Voir la fiche

Kirby et le monde oublié repose sur une exécution d’un classicisme efficace, un schéma connu d’avance qui aboutit à un jeu de plateforme en 3D plaisant, mais jamais surprenant. Il peut même faire penser à un sous-Mario dans sa structure associant plusieurs mondes à parcourir. En somme, la bouboule rose essaie de se hisser au niveau du plombier, mais peine à assumer toutes ses bonnes idées sur la longueur.
On conseillera plus volontiers ce Kirby et le monde oublié à celles et ceux qui cherchent un titre reposant, ainsi qu’aux plus jeunes. Jamais rebutant (sauf le boss de fin, hors sujet), Kirby et le monde oublié s’appuie en prime sur une direction artistique mignonne comme tout. C’est tellement craquant qu’il paraît impensable de détester Kirby.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.