Le studio Epic mobilise son très lucratif Fortnite au profit de l’Ukraine. Pendant deux semaines, tous les bénéfices du jeu iront au profit de la population.

Si vous avez toujours freiné des quatre fers à l’idée de dépenser le moindre euro dans Fortnite, car vous êtes défavorable à son modèle économique, c’est peut-être le moment de faire une exception. Au cours des deux prochaines semaines, tout l’argent récolté grâce au jeu n’ira pas dans la poche du studio, mais au profit de l’Ukraine.

C’est ce que vient d’annoncer Epic le 20 mars 2022. De cette date jusqu’au 3 avril, les bénéfices générés par Fortnite seront reversés intégralement à quatre organisations humanitaires (et plus tard, à d’autres) : Direct Relief, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), le Programme alimentaire mondial et le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Pour qui ne connaît pas bien l’industrie du jeu vidéo, il peut être difficile de ne pas mesurer l’ampleur de cet engagement financier. Il est pourtant considérable, car Fortnite a depuis bien longtemps dépassé son statut de jeu vidéo pour devenir un véritable phénomène générationnel (on diffuse parfois des films ou des concerts en pleine partie de jeu vidéo).

Un modèle « free to play » qui marche très fort

Fortnite est un jeu qui est gratuit à la base, mais qui rapporte très gros : il repose sur un modèle économique bien connu, le « free to play ». Celui-ci s’articule autour d’un accès gratuit au titre, mais qui est compensé par la possibilité de faire des tas de micro-achats en jeu pour acquérir des costumes, des danses, des réactions ou divers items pour se divertir et briller auprès de ses camarades.

Et on peut dire que cela marche : en 2018 et 2019, le jeu a généré 9 milliards de dollars de recettes brutes, selon des documents qui ont été rendus publics lors du procès entre Epic et Apple. Tout cela grâce aux mini-transactions qui se déroulent chaque jour dans le jeu. Et si Fortnite n’est pas le seul à opter pour le modèle « free to play », il est vraiment dans une catégorie à part.

Dans le détail, l’opération d’Epic recouvre tous les achats en argent réel effectués dans Fortnite : packs de V-bucks, packs du Club de Fortnite, passes de combat reçus en cadeau et les packs cosmétiques achetés avec de l’argent réel. Les achats en boutique physique d’objets cosmétiques du jeu et de cartes de V-bucks seront inclus s’ils sont échangés pendant cette période.

La saison 5 du chapitre 2 de Fortnite
Vous pouvez donner à votre personnage un look parfois très décalé. // Source : Epic Games

Il est évidemment impossible de deviner à l’avancer ce que représentera le don d’Epic au bout de ces deux semaines. Mais si l’on se base sur le montant mentionné précédemment, on peut raisonnablement penser que le studio versera aux secours des dizaines de millions de dollars de recettes — et peut-être même quelques centaines de millions de dollars.

D’ailleurs, au bout des vingt-quatre premières heures de dons, le montant atteint est déjà remarquable : 36 millions de dollars (environ 32,5 millions d’euros). Certes, il y a sans doute un effet lié à l’actualité, puisque le studio avait annoncé son projet sur les réseaux sociaux — le caractère humanitaire de l’initiative a pu constituer une forte incitation à passer des micro-achats, justement, plus que d’ordinaire.

L’annonce du studio a été saluée sur Twitter par Mykhailo Fedorov, le ministre ukrainien en charge du numérique. « Merci à tous pour votre soutien et votre aide ! L’Ukraine se souviendra de votre contribution à notre victoire », a-t-il écrit. Depuis le début du conflit, l’intéressé s’est montré très actif sur les réseaux sociaux pour aller chercher du soutien chez les entreprises tech.

Depuis le début du conflit, plusieurs autres entreprises ont annoncé des initiatives semblables. Parmi les gros studios, il y a notamment eu un don de CD Projekt Red (The Witcher 3, Cyberpunk 2077) de quelques centaines de milliers d’euros. La société, sise en Pologne, a par ailleurs des dispositions supplémentaires, mais cette fois contre la Russie, en suspendant ses activités.

(mise à jour du sujet avec un premier bilan après 24 heures)