Si la plateforme OCS est plus méconnue que ses consœurs, sa hotte est pourtant remplie de jolis programmes à rattraper pendant l’hiver. Nous avons donc sélectionné six séries qui valent largement le coup d’œil.

Pour s’abonner à OCS

Il faut se rendre sur la page d’accueil de la plateforme ou passer par Amazon. L’abonnement coûte 9,99€/ mois (avec 7j d’essai gratuits).

Comédie satirique australienne, saga familiale sans pitié, immersion virevoltante dans le milieu du skate… Le catalogue d’OCS brille par sa diversité et la richesse de ses contenus.

La plateforme parvient toujours à dénicher des petites pépites sorties de nulle part, tout en proposant les grandes séries populaires de HBO, de Game of Thrones à Westworld. En cette fin d’année, il est temps de rattraper six programmes sortis ces derniers mois, dont certains ont même été sélectionnés par le festival Séries Mania en 2021. A vos canapés !

Un thriller captivant avec Kate Winslet : Mare of Easttown

Presque dix ans après son rôle inoubliable dans Mildred Pierce, la fabuleuse Kate Winslet a fait son grand retour à la télévision cette année dans une série policière de haut vol. A la manière de Broadchurch, Twin Peaks ou Sharp Objects, Mare of Easttown nous plonge dans une petite ville paumée des États-Unis. C’est dans cette petite communauté qu’une adolescente disparaît et qu’une femme est retrouvée sans vie. Kate Winslet (la « Mare » du titre), policière meurtrie et cabossée par la vie, va devoir mener l’enquête.

Loin d’être simplement une énième série du genre, ce thriller en sept épisodes met en avant un personnage féminin dans toute sa complexité, avec ses multiples problématiques personnelles. La comédienne apparaît ici sans fard, mais surtout crédible et authentique. Grâce à la force de son interprétation, l’identification à Mare, pourtant parfois antipathique, est immédiat. Kate Winslet a d’ailleurs obtenu un Emmy Award largement mérité pour cette composition toute en nuances.

Un Desperate Housewives australien : The Unusual Suspects

Un vol de collier à plusieurs millions de dollars, des femmes d’affaires, des gouvernantes et de sombres secrets : oui, il pourrait s’agir du scénario de votre prochaine partie de Cluedo, on sait. Mais il s’agit surtout du décor choisi par The Unusual Suspects, une réjouissante comédie satirique. Située dans la banlieue de Sydney, la série développe un réel propos sur les hiérarchies sociales, en mettant en scène une alliance entre plusieurs femmes de milieux très différents, pour résoudre ce fameux vol.

Sélectionnée dans le Panorama international de Séries Mania en août dernier, cette création australienne aborde également la question de l’immigration, tout en insistant sur le pouvoir de la sororité. The Unusual Suspects puise joyeusement dans des références de grande qualité, Big Little Lies et Desperate Housewives en tête, bien qu’elle n’arrive tout de même pas à la hauteur de ses aînées. Avec seulement quatre épisodes, la mini-série est courte et efficace : idéale pour un binge-watching rapide du dimanche.

Une plongée éclatante dans le monde du skate : Betty, saison 2

Un an après avoir découvert Janay, Honeybear, Kirt, Indigo et Camille (voir notre critique de la S1 de Betty), les skateuses les plus badass du petit écran sont de retour pour une deuxième saison. Avec Betty, la réalisatrice Crystal Moselle adapte son deuxième long-métrage, Skate Kitchen, décliné en épisodes de 26 minutes. Dans cet univers new-yorkais, les femmes occupent l’espace avec brio et démontrent que le skate n’est pas qu’une affaire de garçons, comme cela a trop souvent été le cas. Betty est une série ado fraîche, engagée, inclusive et douce à la fois.

Cette saison, la pratique du skate devient un échappatoire à la pandémie, tandis que les relations amoureuses se font plus sérieuses. Malheureusement annulée après seulement douze épisodes virevoltants, Betty reste une ode à la liberté féminine, bondissante et feel-good à souhait, idéale pour les fêtes de fin d’année.

Une saga fantastique et féministe : The Nevers

Une grosse pincée de Buffy contre les vampires, une dose de Miss Peregrine et les enfants particuliers et un soupçon de X-Men : c’est le cocktail détonnant de The Nevers, qui présente des personnages féminins combatifs dans une ambiance fantastique. La série se situe à l’aube du XIXème siècle, à Londres, alors que les « Touchées » développent des pouvoirs surnaturels. Pour se protéger du monde extérieur, deux d’entre elles créent un foyer pour toutes ces personnes extraordinaires, tout en affrontant les forces du mal…

Véritable manifeste féministe contre toute forme de discrimination, The Nevers met en avant des héroïnes indépendantes et puissantes. Un propos appuyé par une mise en scène élégante et somptueuse, qui plaira à tous les amateurs de l’époque victorienne. Pour le moment, seuls six épisodes de la première saison sont disponibles, mais on a déjà hâte de suivre la suite de ces aventures magiques rocambolesques.

Un drame touchant dans le monde de la danse : L’Opéra

Les séries françaises souffrent souvent d’une mauvaise réputation : mal écrites, mal jouées, peu crédibles… Il est vrai que nos productions arrivent rarement à la cheville de leurs voisines anglophones. Mais parfois, certains programmes se détachent du lot, comme c’est le cas pour L’Opéra. Primée par le festival Séries Mania en 2021 pour l’interprétation d’Ariane Labed, cette création originale d’OCS nous plonge dans l’envers du décor des danseuses étoiles. La trentenaire Zoé, à bout de souffle, devra ainsi se battre pour garder sa place, tandis que Flora, jeune prodige noire, tente de faire ses preuves.

Avec notamment l’excellent Raphaël Personnaz (L’affaire SK1) en directeur intransigeant, L’Opéra bénéficie d’un casting d’une grande justesse et d’une écriture ciselée. La série aborde ainsi de nombreuses thématiques actuelles, comme la place des minorités dans les milieux artistiques ou le culte du corps, sans voyeurisme ni manichéisme. Ce drame fascinant, déjà renouvelé pour une deuxième saison, trouve son équilibre et joue ainsi sa meilleure performance.

Des règlements de compte en famille : Succession, saison 3

C’est la famille la plus déchirée et déchirante du petit écran : les Roy reviennent nous hanter, pour notre plus grand plaisir. Véritable série culte depuis déjà trois saisons, Succession revisite Le Roi Lear de Shakespeare version médiatique. Connor, Kendall, Roman et Siobhan cherchent à prendre le contrôle de l’entreprise de leur richissime père, Logan, alors que celui-ci décide de se retirer de la compagnie. Une famille totalement dysfonctionnelle, en lutte pour une succession fructueuse, qui doit désormais faire face aux conséquences du séisme provoqué par Kendall, en fin de saison 2.

Les dialogues les plus fourbes fusent, les alliances se font et se défont, et la cruauté est au rendez-vous à chaque épisode. Comme indiqué dans notre critique de la saison 3 de Succession, la série prouve une fois de plus qu’elle mérite sa réputation de saga familiale savoureuse, dans laquelle tous les coups bas sont permis. Parfait pour se préparer aux longs repas de famille à venir pendant les fêtes.

Source : Montage Numerama

Quel est le service de SVOD fait pour vous ?

Découvrez notre comparateur