Comme en 2020, Nintendo nous refait le coup de l'hommage à la Game & Watch, cette fois pour fêter l'anniversaire d'une autre marque forte : Zelda. La recette est la même qu'avec la console Mario, à quelques ingrédients inédits près.

Personne ne maîtrise aussi bien l’art de jouer sur la nostalgie, par pure préservation de son héritage, que Nintendo. La firme nippone, qui existe depuis la nuit des temps (1889) sur le marché des jeux vidéo, a suffisamment de joyaux en rayon pour garnir sa couronne. Et tout est prétexte à faire acheter des objets rappelant des sucreries d’antan. En 2020, pour les 35 ans de Super Mario Bros., Nintendo avait sorti une Game & Watch de sa besace pour garnir le sapin de Noël des plus âgés. En 2021, il refait le coup avec le même produit, mais cette fois adapté à une autre licence culte : Zelda, qui fête ses… 35 ans à son tour.

La Game & Watch Super Mario Bros. est un joli objet aux fonctionnalités très limitées. Son homologue Zelda s’appuie sur des bases similaires : même format, mêmes promesses (l’accès à d’anciens épisodes), quelques bonus cachés, un joli packaging… Toutefois, Nintendo a quelque peu revu sa copie pour que cette Game & Watch puisse enfin devenir l’horloge qu’on aurait voulue l’an dernier. On rappelle que les Game & Watch étaient, à l’époque, des jeux électroniques conçus pour occuper les adultes japonais durant leurs trajets quotidiens. En 2021, cette philosophie n’a pas changé.

Les deux Game & Watch (Mario et Zelda) // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Toujours un joli objet, cette fois avec une béquille (ou presque)

Si vous aviez craqué pour la Game & Watch Super Mario Bros. en 2020 (promis, on ne vous jugera pas), alors vous ne serez pas surpris pour un sou. Dans un joli packaging doré, magnifié par un fourreau en plastique laissant apparaître des surimpressions, on découvre un tiroir renfermant la Game & Watch bien emballée. On retrouve toujours cette mention « Special thanks to you  », avec des Link qui remplacent Mario et Luigi. Tout juste le compartiment de rangement a-t-il été retravaillé : il est noir, plus robuste et, surtout, peut servir de support de fortune à la petite console (pour l’exposer, ou mieux profiter du mode horloge).

Mix vintage/choupi qui donne envie

En effet, l’intérieur du compartiment, par ailleurs équipé du logo Tri Force pour attirer le regard des puristes, affiche des instructions : elles laissent découvrir un « mécanisme » à l’arrière pour transformer le compartiment en présentoir. C’est une vraie évolution par rapport au modèle de l’an dernier, incapable de tenir debout, mais cela reste sommaire par rapport à une béquille intégrée à la Game & Watch (comme les modèles originaux). D’autant que cela reste un semblant de béquille en carton, avec tout ce que cela implique en termes de durabilité. L’évolution est là, et peut-être faudra-t-il attendre la Game & Watch de 2022 pour avoir la solution espérée (on rappelle que Nintendo a du mal avec les béquilles, en témoigne celle pitoyable de la première Switch). 

La béquille de fortune de la Game & Watch Zelda // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Outre cette différence de packaging, on retrouve exactement le même format et le design similaire, le rouge étant remplacé par un vert pomme très flashy (la couleur emblématique de Zelda). Les finitions sont au rendez-vous, avec des boutons qui cliquent bien, un écran petit, mais de bonne facture (avec dix crans de luminosité pour y voir plus clair sur une surface inférieure à 3 pouces) et ce mix vintage/choupi qui donne envie. Pour un collectionneur fan de Nintendo, cette Game & Watch sera forcément très désirable. Surtout que Nintendo a pensé à illuminer le logo Triforce à l’arrière — encore une spécificité. 

La Game & Watch peut donc devenir cette horloge, une fois calée sur sa béquille improvisée et après un petit passage par les réglages pour mettre la veille automatique sur OFF (ce que ne permettait pas Game & Watch Super Mario Bros., qu’il fallait toujours laisser branchée pour voir l’heure au bout de 3 minutes). Veillez aussi à baisser le son — toujours avec une jauge de dix crans — sous peine de devenir fou à chaque seconde écoulée (un bruitage retentit). La seule limite de cette horloge déguisée, avec un écran animé, sera à aller chercher du côté de l’autonomie — à moins de la laisser sur secteur grâce au port USB-C situé sur la tranche (le câble est fourni, mais pas l’adapteur mural).

Côté jeux vidéo, la Game & Watch Zelda permet de se remémorer des souvenirs sur trois titres de la saga : The Legend of Zelda (NES, 1986), Zelda II : The Adventure of Link (NES, 1987) et The Legend of Zelda : Link’s Awakening (Game Boy, 1993). Attention, si plusieurs langues sont proposées, seul le plus récent des trois propose la langue de Molière. Il propose aussi deux formats d’affichage (comme sur la Game Boy, en carré, soit plus étiré). Bon point, on peut passer d’un jeu à l’autre à la volée sans perdre sa progression. Deux autres expériences sont proposées : une relecture de Vermin, où Link doit taper sur des taupes avec un marteau, et un minuteur interactif (où le héros doit se débarrasser d’un maximum d’ennemis dans le temps imparti).

Les photos de la Game & Watch Zelda

Packaging de la Game & Watch Zelda // Source : Maxime Claudel pour Numerama
La boîte de la Game & Watch Zelda (et son joli fourreau) // Source : Maxime Claudel pour Numerama
La Game & Watch sur son présentoir // Source : Maxime Claudel pour Numerama
Le logo lumineux de la Game & Watch Zelda // Source : Maxime Claudel pour Numerama
Le port USB-C de la Game & Watch Zelda // Source : Maxime Claudel pour Numerama
Le mode horloge de la Game & Watch Zelda // Source : Maxime Claudel pour Numerama
La Game & Watch Zelda allumée // Source : Maxime Claudel pour Numerama
Les jeux de la Game & Watch Zelda // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo