La version PS5 de l'excellent Final Fantasy VII Remake permet d'accéder à un DLC inédit, sous-titré EPISODE INTERmission. Il permet d'incarner l'héroïne Yuffie.

Yuffie, le personnage principal du contenu INTERmission, disponible avec la version PS5 de Final Fantasy 7 Remake, a une drôle d’histoire avec le RPG culte de Square Enix. Dans la version originale, initialement parue sur la première PlayStation, Yuffie est l’un des deux protagonistes optionnels. Dans cette campagne additionnelle 100 % inédite (et exclusive à la PS5), elle est hissée en haut de l’affiche. En somme, elle passe du statut de bonus à celui de véritable héroïne. Une belle promotion pour un personnage qui n’a, normalement, rien à faire là.

« L’intrigue principale suit celle [du jeu] original et, par rapport à où nous en sommes dans le récit, Vincent [le deuxième personnage optionnel de Final Fantasy VII] est toujours en sommeil et Cid [un autre héros] travaille pour la Shinra. Yuffie était donc la seule à pouvoir être là où elle veut  », justifie le directeur Tetsuya Nomura dans les colonnes du PlayStation Blog. On résume : contrairement au reste du casting, Yuffie était disponible. Soit une belle opportunité de la mettre en valeur.

Ce costume… // Source : Capture PS5

Yuffie ne passe pas inaperçue

Adolescente très douée, Yuffie est une Ninja persuadée qu’elle peut redorer le blason de sa nation du Wutai. Elle se rend donc à Midgar dans le but de voler la magie la plus puissante actuellement entre les mains de la Shinra (les grands méchants de Final Fantasy VII). Pour quelqu’un qui doit la jouer incognito, elle ne passe pas du tout inaperçue dans son costume à l’effigie d’un Mog (des créatures mignonnes, généralement très appréciées des fans de la saga Final Fantasy). Au début, on s’agace vite de ses commentaires, de sa tendance à exagérer la moindre réaction ou encore de ses multiples bonds de joie (une mauvaise habitude des productions japonaises, malgré des enjeux dramatiques lourds). Puis, on finit par s’attacher à Yuffie, sans doute parce que son compagnon de voyage est insipide au possible. On a carrément oublié son nom, c’est dire…

« D’habitude, les gens me traitent toujours comme une gamine  », estime Yuffie, qui ne fait rien pour paraître plus mature. Mais, dès qu’un ennemi la sous-estime, elle prouve que ses aptitudes au combat ne sont pas du tout le fruit du hasard. L’héroïne est aussi à l’aise à distance, en lançant un shuriken géant dont elle est équipée, qu’au corps-à-corps. Cette polyvalence est bienvenue alors que la difficulté du DLC est parfois mal équilibrée : la barre de vie fond beaucoup trop vite sous les coups ennemis, qu’ils soient simples sbires ou boss plus impressionnants. En plus d’être individuellement forte, Yuffie peut se fendre d’attaques encore plus dévastatrices en synchronisant ses mouvements avec son associé (dont on a toujours oublié le nom). Cet élément vient ajouter un peu de profondeur à un gameplay très convaincant à la base, tant il a su brillamment intégrer le tour par tour dans de l’action en temps réel.

Oh, un petit chat ! // Source : Capture PS5

Force est de reconnaître que EPISODE INTERmission n’est finalement qu’un petit hors-d’œuvre de quatre/cinq heures, qui assure un peu de fan service en attendant la suite de Final Fantasy VII Remake. S’il n’est pas nécessaire de terminer le jeu de base pour profiter de cette campagne additionnelle, on conseillera quand même de vivre l’histoire principale — ne serait-ce que pour se familiariser avec les mécaniques de gameplay communes. Le cas échéant, vous naviguerez en terrain connu, sachant que plusieurs environnements sont repris à l’identique (comme les fameux couloirs parfois interminables). Sinon, n’hésitez pas à donner sa chance à Fort Condor, un mini-jeu de plateau plus tactique qu’on pourrait le croire.

On terminera par un petit point technique étant donné que Final Fantasy 7 Remake Intergrade profite de la puissance de la PlayStation 5 pour offrir un mode d’affichage en 60 fps. Le gain en fluidité est plus qu’appréciable, si bien qu’on ne veut plus revenir en arrière, malgré quelques sacrifices à consentir sur la fidélité. On perd un peu en finesse et en qualité de textures par rapport à l’option qui favorise la résolution et, par ricochet, la beauté graphique. Bonne nouvelle : la mise à niveau depuis la version PS4 est gratuite. Mauvaise nouvelle : le DLC est payant si vous venez de la version PS4.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo