Les joueurs et les joueuses ont peut-être échappé à une PlayStation 5 encore plus grosse. Selon son designer, les premières ébauches imaginaient une console PS5 plus massive.

Cela a été dit et redit : la PlayStation 5 est une console volumineuse. Très volumineuse. Trop, peut-être, à tel point que cela a fait naître l’envie de voir arriver une version slim de la machine pour la faire rentrer dans des dimensions beaucoup plus acceptables. Mais à en croire Sony, justement, la PS5 se trouve déjà dans des dimensions correctes. En fait, la console aurait pu être bien plus massive.

C’est ce qui ressort d’un entretien de Yujin Morisawa, le designer de la PlayStation 5. Au Washington Post, l’intéressé explique que ses premiers croquis présentaient une PS5 « beaucoup plus grosse ». Et cela s’explique assez aisément : au début, Yujin Morisawa ne savait pas trop à quoi s’attendre : la console allait être puissante, mais jusqu’à quel point ? Aussi avait-il prévu large.

La console ne passe pas inaperçue. // Source : Louise Audry pour Numerama

Un design industriel soumis à des contraintes techniques

Il fallait en effet prévoir de la place pour l’aération de la console et la dissipation thermique, afin d’évacuer efficacement la chaleur dégagée par les composants en fonctionnement. Et il est vrai que lorsque l’on désassemble la console, les grilles d’aération sont grandes, tout comme le sont le ventilateur (12 cm de diamètre et 4,5 cm d’épaisseur) et le dissipateur de chaleur, un caloduc qui occupe presque toute la longueur.

Au départ, continue Yujin Morisawa, « je ne savais pas ce que l’ingénierie allait faire ». Et c’est quand il a commencé à échanger avec l’équipe technique qu’il s’est rendue compte qu’il avait pris une marge un peu trop grande et qu’il pouvait rogner un peu. « C’est assez drôle que l’ingénierie m’ait dit que c’est trop gros. J’ai donc dû réduire le design un peu par rapport au premier dessin ».

« C’est la taille idéale »

Yujin Morisawa en est convaincu : la PlayStation 5 a atteint sa « taille idéale ». Certes, il était possible de compacter encore plus la console, mais cela aurait été au prix de certains renoncements. « Si je l’avais rendu plus fine, le flux d’air aurait été moindre. Cela aurait perturbé le joueur pendant qu’il joue », assure-t-il. En clair, à l’entendre, entre le confort du joueur et l’esthétique de la console, Sony a choisi.

De fait, le design de la console a été contraint par le cahier des charges de Sony, avec une architecture matérielle exigeante et nécessitant un refroidissement particulier, mais aussi une unité d’alimentation suffisante, un lecteur Blu-Ray (même s’il existe une version de la console plus fine, sans ce lecteur), un emplacement pour un futur espace de stockage et toute la connectique.

En tout cas, Yujin Morisawa l’assure : « J’ai essayé de maximiser l’espace à l’intérieur de la PlayStation 5 ». Et il est vrai que le démontage officiel de la PS5 par Sony montre bien que tout a été tassé au maximum. Seule alternative pour les joueurs et les joueuses qui la trouveraient quand même trop grosse : opter pour la version 100 % numérique de la console. Ou attendre une hypothétique PS5 Slim.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo