Microsoft a dévoilé la Xbox Series S, une console qui accompagnera la Xbox Series X dans le passage à la future génération. Elle se distingue d'emblée par son prix attractif, fixé à 299,99 euros en France.

Après une salve de fuites, Microsoft a officialisé la Xbox Series S. La console, qui accompagnera la Xbox Series X en fin d’année, méritait sans doute mieux qu’un simple tweet, mais la communication est devenue un exercice compliqué en cette année bouleversée par la pandémie de coronavirus. En plus du design et d’un slogan qui insiste sur les mensurations, la firme de Redmond a divulgué un prix : la Xbox Series S coûtera 299 dollars, ou 299,99 euros en France.

Cette information lâchée sitôt la console dévoilée ne veut dire qu’une chose : Microsoft a confiance en ce tarif et sait que Sony ne descendra pas aussi bas, même avec la PS5 dépourvue d’un lecteur de disque. Cette situation contraste avec la Xbox Series X, dont on ignore toujours le prix. Microsoft est sans doute fier de lancer une console dite nouvelle génération sous la barre des 300 euros, surtout quand il propose, en parallèle, le Xbox Game Pass. Ce couple formé par une machine abordable et un service attractif a tout pour séduire le grand public.

Une console nouvelle génération à moins de 300 euros

Si vous mettez une Xbox Series S à côté d’une Xbox Series X, la différence va vous sauter aux yeux. D’un côté, la Xbox Series X ressemble à une petite tour de PC, un design assumé pour assurer une dissipation de la chaleur idéale. De l’autre, la Xbox Series S reprend la philosophie amorcée par la Xbox One S et répétée avec la Xbox One X : la compacité avant tout. Ce n’est pas pour rien que Microsoft évoque « la Xbox la plus petite jamais conçue ». On comprend tout à fait le positionnement : pour séduire un public moins gamer, il faut un objet plus discret. Avec sa robe blanche auréolée d’un petit logo élégant, la Xbox Series S répond à cette exigence.

Un rapport qualité/prix imbattable

Concernant le prix, on peut difficilement faire mieux. Ne pas dépasser les 300 euros pour une console assurée de faire tourner des jeux pendant au moins cinq ans constitue un vrai argument commercial. Ce fut d’ailleurs celui brandi par Sony pour écouler des PS4 par millions. En 2013, la machine de Sony a été lancée à 399 euros — on connaît la suite. À 299,99 euros, soit le prix d’une Nintendo Switch, la Xbox Series S permettra à certains de s’équiper sans se ruiner pour Noël. Tant pis pour les forces techniques en moins (la 4K native pour les jeux en tête).

Une fuite de la Xbox Series S en septembre // Source : Twitter WalkingCat

Cependant, le meilleur argument de la Xbox Series S est à aller chercher du coté du Xbox Game Pass. Le service de Microsoft est une véritable mine d’or, basée sur un rapport qualité/prix imbattable. Pour 9,99 euros par mois, il donne accès à un catalogue de jeux et offre la possibilité de jouer à certaines nouveautés le jour de leur sortie. Avec une bibliothèque dépassant les 200 titres, le Xbox Game Pass peut se suffire à lui-même, surtout aux yeux d’un public qui ne ressent pas le besoin de jouer tout de suite au nouvel Assassin’s Creed ou au nouveau Call of Duty. Commercialisé en 2017, le Xbox Game Pass arrive aujourd’hui à maturité et s’appuie sur un bon mix entre qualité et variété. Il permet en outre de jouer à certains titres sur mobile, grâce au cloud gaming (avec la formule Ultimate à 12,99 euros par mois).

« Meilleure avec le Xbox Game Pass Ultimate », annonce Microsoft dans la vidéo de présentation. En réalité, on n’imagine pas la Xbox Series S sans l’abonnement. La console est dépourvue d’un lecteur de disque et le Xbox Game Pass offre la possibilité de jouer à moindres frais, sans avoir à dépenser plusieurs dizaines d’euros pour des jeux que l’on ne possèdera jamais physiquement. La firme de Redmond a compris que la Xbox Series S peut devenir un Cheval de Troie pour introduire le Xbox Game Pass dans un maximum de foyers, laissant la Xbox Series X à celles et ceux qui veulent la meilleure expérience de jeu (lire : des graphismes plus beaux). 

Xbox Series S // Source : Microsoft

La Xbox Series S face à la Xbox One S

Sur cette orientation très grand public en raison d’une facture très abordable, la Xbox Series S pourrait néanmoins être concurrencée par… la Xbox One S. Ces prochains mois, la console continuera à être produite et commercialisée. Mécaniquement, le lancement d’une nouvelle machine à 300 euros va faire baisser le prix de la Xbox One S, qui deviendrait alors une offre imbattable pour profiter, là-aussi, du Xbox Game Pass pendant de nombreuses heures.

Toutefois, acheter la Xbox One S plutôt que la Xbox Series S pour économiser une centaine d’euros n’est pas nécessairement un bon pari. Au-delà des considérations techniques, qui parlent moins à celles et ceux qui surveillent leur compte en banque, la Xbox One S finira par être lâchée par les développeurs. Beaucoup de jeux continueront à être proposés en 2021 mais l’horizon devrait s’obscurcir en 2022. Privilégier la Xbox Series S revient à s’assurer un avenir à plus long terme.

Il ne faudrait pas s’en tenir non plus à la promesse de Microsoft, qui a longtemps clamé que ses propres productions seront lancées sur Xbox One S pendant encore deux ans. Sur ce point, la communication s’est quelque peu troublée durant une conférence centrée sur les jeux de la Xbox Series X. Aujourd’hui, l’officialisation de la Xbox Series S questionne carrément la place de la Xbox One S dans la gamme future. Il y en a une de trop et, de toute évidence, on connaît déjà son identité.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo