Disney+ continue de gagner des abonnés dans le monde, mais le chiffre d'affaires par utilisateur est beaucoup plus faible que chez son concurrent Netflix, surtout à cause du tarif de l'abonnement plus bas, mais aussi à cause de lancements moins chers à l'international.

Disney+ a désormais 60,5 millions d’abonnés, mais ils rapportent beaucoup moins que ceux de Netflix, et même que Hulu, l’autre plateforme de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) de Disney. C’est ce que la multinationale a présenté dans ses résultats financiers pour le troisième trimestre de 2020, publiés le 4 août.

On y apprend qu’un abonné à Disney+ rapporte en moyenne 4,62 dollars à l’entreprise, contre 11,89 dollars pour Hulu. Dans le dernier rapport trimestriel de Netflix, qui a désormais 192,95 millions d’abonnés payants, on peut calculer qu’un abonné rapporte en moyenne 10 dollars, soit deux fois plus qu’un abonné Disney+.

En résumé, un abonné à Disney+ rapporte en moyenne deux fois moins qu’un abonné Netflix ou Hulu, selon les données de juillet-août 2020.

Comparaison des revenus mensuels moyen par abonnés et des revenus générés au total par tous les abonnés de chaque service // Source : Graphique Numerama, source Netflix/Disney

On observe d’ailleurs, sur le graphique de droite, que Hulu rapporte plus que Disney+ par mois à Disney, alors qu’il n’a que la moitié d’abonnés payants (32,1 millions pour la SVOD seulement, contre 60,5 millions pour Disney+). Netflix gagne quant à lui 7 fois plus que Disney+, en ayant « seulement » 3 fois plus d’abonnés.

Dans son rapport trimestriel, Disney laisse entendre que le lancement en Inde de Disney+, via Hotstar le 3 avril 2020, a fait baisser son revenu moyen par abonné, car l’abonnement y est moins cher : il revient environ à 2 euros par mois (sans 4K). « Le revenu moyen par abonné payant pour Disney+ Hotstar est vraiment plus bas que le revenu moyen par abonné payant en Amérique du Nord et en Europe », écrit la multinationale. L’abonnement classique à Disney+ coûte 6,99 dollars outre Atlantique et 6,99 euros en France par mois.

Fin 2019, Netflix dévoilait pour la première fois la répartition de ses abonnés en fonction de certaines zones géographiques, ainsi que le montant que chaque abonné rapporte en fonction de chaque zone. On observait ainsi combien certains consommateurs ont beaucoup plus de « valeur », économiquement parlant, et que même si la croissance d’abonnés Netflix est actuellement la plus forte à l’international, c’est encore les États-Unis qui apportent la moitié du chiffre d’affaires trimestriel de Netflix.

Source : Données Netflix / Graphique Numerama

Disney+ continue de gagner des abonnés payants, mais plus lentement

Avec 60,5 millions d’abonnés payants dans le monde, Disney+ peut continuer de se vanter d’avoir un service de streaming vidéo qui intéresse les consommateurs, et qui parvient à se dégager une place sur le marché concurrentiel de la SVOD. On observe toutefois, sur ce graphique que Numerama met à jour à chaque nouvelle donnée officielle, que la croissance d’abonnés payants à Disney+ est beaucoup plus lente qu’à ses débuts.

Courbe de croissance des abonnés Disney+ // Source : Graphique Numerama, source Disney

Sans informations supplémentaires de la part de Disney, il n’est pas possible de savoir si ce ralentissement est provoqué par une baisse des nouveaux abonnements ou un nombre de résiliations élevées. Certains observateurs estiment en effet que le le catalogue de Disney+, moins fourni et moins renouvelé que celui d’un Netflix, pourrait empêcher la plateforme de garder ses abonnés sur le long terme.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo