Netflix a décidé de tirer sur la corde avec The Witcher. En plus de la série live action, il diffusera un film d'animation.

On espère que vous avez vraiment aimé The Witcher. Car Netflix n’entend pas desserrer l’étau. Face au succès massif de la première saison lancée en décembre dernier, la plateforme a annoncé un film d’animation, peut-on lire dans un tweet d’un compte officiel le 22 janvier 2020. Il viendra s’ajouter aux prochains épisodes mettant en scène Henry Cavill en Geralt.

« Les rumeurs sont vraies, une nouvelle histoire de The Witcher est en préparation ! Le film d’animation, The Witcher : Nightmare of the Wolf, introduira une nouvelle menace pour le continent », indique le très court communiqué. Lauren S. Hissrich, showrunneuse de la série, a expliqué sur Twitter qu’elle avait gardé le secret intact pendant plus d’un an. A priori, les deux programmes seront liés. 

The Witcher Geralt de Riv Henry Cavill
Henry Cavill, incarnant Geralt de Riv, dit le boucher de Blaviken. // Source : Netflix

Netflix surfe sur le succès de The Witcher

Une chose est donc sûre : Netflix n’est pas près de lâcher The Witcher, qui a mis beaucoup de monde d’accord depuis la diffusion de la première saison un peu avant Noël. Et la multinationale a raison de surfer sur la vague. Il y a une appétence retrouvée pour les aventures de Geralt : les gens (re)jouent à The Witcher 3 : Wild Hunt et/ou (re)lisent les livres en attendant les futurs épisodes — programmés pour 2021. Dans son dernier bilan financier, Netflix a expliqué que 76 millions de foyers avaient regardé The Witcher lors des quatre premières semaines de diffusion. Une belle prouesse, à pondérer néanmoins avec la nouvelle méthode de calcul.

Pour la réalisation, Netflix et Lauren S. Hissrich ont confié les rênes à Studio Mir, une société d’animation coréenne. Connue pour The Legend of Korra, elle a déjà signé des partenariats avec Netflix, notamment pour Voltron : Legendary Defender. Pour convaincre, il sera nécessaire de se hisser à la hauteur de la qualité de la série live action, sans quoi on aura de quoi se méfier de cette accumulation d’adaptations d’un même univers — si riche soit-il.

Partager sur les réseaux sociaux