Disney aurait tenté de lutter contre la prolifération de gifs de son personnage Bébé Yoda sur la plateforme Giphy, puis serait revenu en arrière.

Disney aurait-il tenté de contrôler la diffusion des gifs de son nouveau personnage-star sur les internets ?

Le 21 novembre 2019, la journaliste américaine Kathryn VanArendonk, qui écrit notamment pour le site Vulture, a affirmé que « tous les gifs de bébé Yoda de Vulture ont été retirés de Giphy pour des questions de copyright », dans un tweet désormais supprimé.

Gif de Baby Yoda par Vulture // Source : Disney/The Mandalorian/Vulture

Le site américain Vulture traite de l’actualité culturelle en profondeur : depuis début novembre, les journalistes ont multiplié les articles concernant Disney+, la série The Mandalorian, et évidemment Baby Yoda, le nouveau personnage mignon qui plaît beaucoup à certains fans. Pour illustrer ses articles, Vulture a mis en ligne plusieurs gifs de Bébé Yoda (qui n’est clairement pas Yoda) grâce à la plateforme Giphy, l’hébergeur de référence qui permet à la fois d’effectuer des recherches dans sa base de données d’images animées, mais aussi de mettre en ligne des gifs « fait maison » (par exemple avec l’application Giphy Capture) pour les intégrer ensuite facilement à un site web ou les partager sur les réseaux sociaux.

Selon Kathryn VanArendonk, tous les gifs que Vulture a créés avaient soudain disparu de Giphy — et donc notamment des articles où ils étaient intégrés. Ce n’est que le 25 novembre que la journaliste a annoncé que les gifs étaient revenus sur la plateforme : « Giphy et Star Wars nous ont dit que Vulture pourrait récupérer ses gifs de Bébé Yoda ! » a-t-elle clamé.

Et le site ne s’est pas privé : sur son profil Giphy, on voit qu’une douzaine de gifs du petit personnage ont été ajoutés dernièrement. N’importe qui peut donc les récupérer et les partager à son tour. Les images animées n’ont donc disparu de Giphy que quelques jours.

Les gifs de bébé Yoda remis en ligne le 25 novembre // Source : Vulture/Giphy

Disney peut-il contrôler les gifs de ses films ?

Sur quelles bases Disney a-t-il pu demander à Giphy de retirer des gifs de Baby Yoda ? La question des gifs et des droits d’auteur est quasiment aussi vieille que le web, et personne n’a encore trouvé de réponse précise et adaptée à toutes les situations. Dans la loi française, il existe un droit dit de « citation courte », mais il est lié à une notion de proportion, qui est donc soumise à l’appréciation d’un juge. Les magistrats peuvent parfois rendre des décisions très différentes, en se basant sur la même loi, en fonction du contexte, de l’environnement et de l’objet concerné.

Aux États-Unis, où est basée la multinationale Disney, tout s’articule autour de la notion de fair use, ou « d’usage raisonnable », comme le rappelait Forbes en 2016. On retrouve globalement les mêmes concepts qu’en France : pour qu’il n’y ait pas d’infraction au droit d’auteur, il faut que le gif soit utilisé à but de commentaire, de critique ou de parodie. Il faut aussi que cet extrait virtuel ne gâche pas l’entièreté de l’œuvre dont il est tiré. En soi, un gif de quelques secondes ne pourrait donc pas être profondément gênant : les internautes ne risqueraient pas de renoncer à voir un film au cinéma, simplement parce qu’ils en ont vu un gif de quelques secondes.

Bébé Yoda dans The Mandalorian // Source : Disney+

Dans le cas ci-dessus, il s’agit de gifs tirés d’une œuvre culturelle, la série The Mandalorian, qui est elle-même diffusée exclusivement sur une plateforme de vidéo à la demande par abonnement payante, Disney+. Il est donc théoriquement impossible de la voir sans payer — outre les techniques de piratage, qui sont illégales. Vu que Baby Yoda a tant fait parler de lui, Disney pourrait techniquement arguer que les nombreux gifs qui circulent représentent un manque à gagner, de potentiels clients qui ne s’abonneront finalement pas à sa plateforme. D’autant plus qu’au vu des nombreux projets de produits dérivés que prévoit la multinationale, il semble évident que Disney compte beaucoup capitaliser sur son nouvel arrivant.

Néanmoins, de telles mesures de restrictions semblent difficiles à mettre en place. Si Disney peut contraindre Giphy, une entreprise bien installée et soucieuse de ne pas être dans l’illégalité, à retirer certains gifs de son site, il est incertain que la firme puisse le faire avec toutes les plateformes. Baby Yoda n’est pas seulement un gif sur Giphy : les images animées sont également devenues virales sur Reddit et Twitter, où elles ont potentiellement été re-formatées, et où elles existent donc indépendamment de Giphy.

Bien qu’il soit techniquement possible de faire disparaître complètement des images d’internet, c’est un processus à la fois long et laborieux, qui n’est jamais réellement fini. Or, vu que The Mandalorian est le programme que Disney met actuellement en avant pour faire parler de sa plateforme Disney+, et que chaque nouvel épisode apportera son lot de nouvelles images de Baby Yoda, il est raisonnable de penser que les gifs du personnage ne disparaîtront pas de sitôt.

Partager sur les réseaux sociaux