À l’occasion du deuxième anniversaire d’Elden Ring, Numerama a pu s’entretenir avec Forsa, speedrunner professionnel qui détient un record sensationnel. Il a terminé le jeu en 55 minutes et 1 seconde, sans utiliser aucune faille.

Chaque soir, ou presque, on peut le voir atomiser des boss d’Elden Ring sur sa chaîne Twitch aux 24 000 abonnés. Depuis 2022, Forsa, 33 ans, est un speedrunner professionnel. Il en vit. Son objectif est simple : terminer un jeu le plus rapidement possible. C’est l’essence même de tout speedrun dans les jeux vidéo.

Sur Elden Ring, qui fête ses deux ans ce dimanche 25 février, Forsa détient un record mondial : il est tout en haut du site speedrun.com avec un temps de 55 minutes et 1 seconde dans la catégorie « any% glitchless ». « Les glitchs sont des failles dans le jeu qu’on peut utiliser à notre avantage pour gagner du temps », nous confie-t-il. Forsa, lui, préfère ne pas en utiliser.

Forsa est tout en haut de sa catégorie de speedrunning // Source : speedrun.com
Forsa est tout en haut de sa catégorie de speedrunning. // Source : speedrun.com

Dans cette catégorie any% glitchless, le but est de finir le jeu le plus vite possible, indépendamment du degré de complétion (quêtes, niveaux, etc). D’où la mention any% (n’importe quel pourcentage d’achèvement). D’autres catégories peuvent exister. Le run parfait pourrait descendre à 53 minutes, ce qui reviendrait à « gagner au loto. »

S’il a mis exactement 2 213 tentatives pour parvenir à cette performance, il n’entend pas en faire une obsession : « Honnêtement, ce record n’a pas de signification particulière pour moi. Un record est fait pour être battu. Il ne faut pas trop s’attacher aux records du monde, c’est quelque chose d’éphémère qui continuera d’être consolidé éternellement. » Il a malgré tout 41 secondes d’avance sur son dauphin — « c’est effectivement beaucoup, mais c’est principalement dû au fait que j’ai persévéré pendant beaucoup plus longtemps que les autres joueurs pour essayer d’atteindre le temps le plus optimisé possible. »

Cette prouesse d’autant plus remarquable qu’Elden Ring à la réputation d’être un jeu très exigeant, où la moindre erreur se paie cash. Nombre de joueurs et de joueuses ont pu tomber de haut en découvrant cette création du studio japonais de FromSoftware, sans prendre à garde à la réputation de ses autres titres — Sekiro ou encore Dark Souls.

« J’aime être en difficulté et m’entraîner pour trouver des solutions »

Au fond, ce qui motive Forsa ce n’est pas la finalité, mais le chemin. Et, à ce sujet, Elden Ring constitue un vrai théâtre d’accomplissements. « Les Souls sont des jeux exigeants qui poussent le joueur à persévérer pour réussir, c’est exactement ce que je recherche dans un jeu en général, explique-t-il. J’aime être en difficulté et m’entraîner pour trouver des solutions, je trouve cela extrêmement gratifiant, le feeling de réussite après avoir galéré est très satisfaisant. »

Le speedrunning ajoute une couche de rejouabilité permanente. C’est ce qui explique pourquoi Forsa continue d’y jouer, deux ans après. Mais comme bien d’autres joueurs et joueuses, il attend l’extension avec impatience. Il espère « des gros combats de boss » et des confrontations « mémorables », comme c’est le cas avec Radagon, Malenia et Mohg — ses trois adversaires favoris. Le DLC, intitulé Shadow of the Erdtree, et dont la première bande-annonce de gameplay a été dévoilée, pourrait lui permettre d’améliorer son temps avec de nouveaux outils.

Forsa est ce qu’on appelle un tryharder, un joueur qui va chercher coûte que coûte à optimiser chacune de ses tentatives, et à recommencer jusqu’à ce que ça passe. La première étape de son périple consiste à peu près à faire 20 minutes de cheval pour récupérer de l’équipement, ce qui pourra paraître fastidieux. Mais pas pour lui : « Ce n’est pas quelque chose qui me dérange tant que ça, je suis tellement passionné d’optimisation que le plaisir de gagner quelques secondes sur mon run rentabilise complètement la gêne qui peut être causée par l’équitation. »

C’est aussi la quête de techniques pour gagner quelques précieuses secondes qui le conduit à persévérer, sachant que cette course passe par un grand partage communautaire. « Le speedrun, ce n’est pas une compétition entre les joueurs, ce sont les joueurs, ensemble, qui sont en compétition contre le jeu », philosophe-t-il.

Forsa, speedrunner professionnel sur Elden Ring // Source : Capture YouTube
Forsa, speedrunner professionnel sur Elden Ring. // Source : Capture YouTube

« Le tryharder le plus chill de Twitch. Speedruns et challenges sans jamais s’énerver ! », peut-on lire en description de sa chaîne. Une présentation qui colle au personnage : Forsa est connu pour toujours garder son sang-froid, même quand il se fait humilier plusieurs dizaines de fois par un même boss.

Il concède cependant que cela reste un grand exercice mental : « C’est effectivement quelque chose qui peut être très compliqué mentalement, ce n’est pas facile de recommencer quand on vient de faire une erreur bête ou qu’on n’a juste pas eu de chance. » Un stoïcisme qu’il dit avoir toujours eu depuis sa plus tendre enfance, et qui l’aide aujourd’hui dans ses parties.

« Je suis de nature extrêmement calme depuis que je suis tout gamin, ça m’aide énormément pour le speedrun parce que ça me permet de ne pas vraiment subir l’échec. Si on n’abandonne jamais, on ne peut pas perdre. La seule difficulté est de se convaincre soi-même qu’on est capable de le faire. »

Et, paradoxalement, Forsa aime faire les choses lentement dans la vraie vie, à tel point que sa compagne l’appelle « p’tit papy ».

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !