Voyages dans le temps, dystopies, utopies, vaisseaux sociaux : voici les meilleurs livres de SF récents à mettre au sapin du sapin, pour ce Noël 2023.

C’est l’heure de partir en librairies en quête de livres à mettre au pied du sapin. Plus que jamais, la science-fiction y a sa place. Elle nous ouvre les portes d’autres mondes, avec son sens du merveilleux, en questionnant aussi le présent pour nous en montrer les failles et les espoirs. Mais quels trésors littéraires offrir en ce Noël 2023 ?

Voici une sélection d’ouvrages de science-fiction récents (parus en 2023 ou fin 2022) pour trouver votre bonheur. Vous pouvez aussi aller piocher dans notre grand guide des 50 livres de SF à lire une fois dans sa vie. Nous vous avons par ailleurs préparé un guide de Noël des romans de fantasy.

La Mer de la tranquillité, Emily St. John Mandel

Source : Rivages
Source : Rivages

On connaît Emily St. John Mandel pour son chef-d’œuvre Station Eleven (adapté en série récemment), mais son nouveau roman, La Mer de la tranquillité, est tout aussi magistral. Un étrange phénomène se produit dans différents lieux à plusieurs époques. La romancière démarre cette odyssée à taille humaine en 1912, avant de nous projeter au début de la pandémie de covid au 21e siècle, puis nous voilà encore deux siècles plus loin au cœur de colonies spatiales. Ces différents points de l’histoire sont ainsi alternés.

Emily St. John Mandel explore les hypothèses du voyage dans le temps, des univers parallèles, de la théorie de la simulation. Mais la force du roman est, plus que tout, son empathie. Il déploie toute la puissance du possible en misant sur la tendresse — comme une force tranquille, mais bien concrète. La Mer de la tranquillité explore notre humanité. Et Emily St. John Mandel en profite pour se confier sur la vie d’écrivaine, avec un personnage qui lui ressemble étonnamment.

Un grand roman, et un cadeau littéraire de premier choix.

Traduction de Gérard de Chergé

La Mer de la tranquillité, Emily St. John Mandel, Rivages, 304 pages, 22 euros

Paideia, Claire Garand

Source : La Volte
Source : La Volte

C’est le roman de SF féministe que nous avons le plus défendu en 2023. Publié chez La Volte, il prend la forme d’un conte futuriste mû d’un souffle de rébellion. Sous la plume très élégante de Claire Garand, la narratrice reprend le contrôle de sa vie et de son corps. Une initiation à l’émancipation, en somme.

Car dans ce futur, l’humanité est éparpillée en 10 stations autour de la Lune. L’humanité, ou plutôt une jeune fille, dans chacune de ces stations. Chacune a été modifiée génétiquement pour être surdouée, mentalement, physiquement, et pour remplir un rôle prédéfini sur lequel elles n’ont aucun choix : repeupler l’humanité. Leur embrigadement est total, elles ne peuvent échapper à ce destin qu’elles finissent par percevoir comme aussi naturel qu’inéluctable. Mais la narratrice va se libérer — et d’abord par une rébellion intérieure. « Ma voix sonnait juste à mes oreilles, mais faux dans mon cœur. » Un roman d’actualité, osé, fort et nécessaire.

Prix Julia Verlanger 2023

Paideia, Claire Garand, La Volte, 336 pages, 19 euros. Prix Julia Verlanger 2023.

L’Aube, Octavia Butler

Source : Au Diable Vauvert
Source : Au Diable Vauvert

Les romans d’Octavia Butler ont été déterminants dans l’histoire de la science-fiction. Si La Parabole du semeur (1993) avait déjà une bonne place en librairie, les éditions Au Diable Vauvert ont édité pour la première fois en français, récemment, la saga Xenogenesis. Le premier livre, L’Aube (initialement publié en 1987), pose les bases d’une œuvre de SF majeure. Dans cet avenir, l’humanité a certes ravagé la Terre, mais quelques survivants ont été sauvés par des extraterrestres. Une certaine Lilith en fait partie. Mais est-elle une invitée ou une prisonnière ?

Une œuvre importante. La science-fiction d’Octavia Butler est tout à la fois spectaculaire et politiquement engagée.

Traduction de Jessica Shapiro

Xenogenesis 1 Tome 1 : L’aube, Octavia Butler, Au Diable Vauvert, 432 pages, 23,50 euros.

Panorama, Lilia Hassaine

Source : Gallimard
Source : Gallimard

Si Lilia Hassaine a remporté le Prix Renaudot des lycéens, cette année, c’est sans doute parce que Panorama parle terriblement bien des craintes de notre époque, en particulier sur ce que notre monde pourrait devenir. Cette France du futur est passée du côté de la transparence totale et absolue. En voilà une utopie : il n’y a plus rien à cacher, puisque plus personne ne peut rien cacher ! De quoi pousser à l’harmonie, à la perfection… ou à la dystopie ?

Une enquête policière trépidante (terrifiante) va révéler peu à peu la véritable nature de cette société de la transparence. Si Panorama est très différent des précédents ouvrages de Lilia Hassaine, il plaira à ses lecteurs et lectrices, tout en permettant aussi aux autres de découvrir sa plume. Le prix littéraire qui lui a été attribué montre par ailleurs qu’il est possible de l’offrir facilement à un ou une ado.

Prix Renaudot des lycéens 2023

Panorama, Lilia Hassaine, Gallimard, 240 pages, 20 euros. Prix Renaudot des lycéens 2023.

Nos cœurs disparus, Celeste Ng

Nos coeurs disparus, Celeste Ng, traduit par Julie Sibony. // Source : Sonatine
Source : Sonatine

Une douce dystopie, est-ce seulement possible ? Celeste Ng prouve que oui. Dans Nos cœurs disparus, elle décrit un monde post-effondrement brutal, empreint de conservatisme ultra et de racisme anti-asiatiques. Pourtant, l’autrice ne tombe jamais dans un pessimisme buté. Tout au contraire, il s’agit d’un roman pétri d’espoir.

Le jeune Bird, 12 ans, ne connaît pas vraiment sa mère, Margaret Miu. Celle-ci a disparu du jour au lendemain, quand il était bien plus jeune, le laissant avec son père — bibliothécaire de métier. Quand sa meilleure amie disparait à son tour, Bird décide d’enquêter. Margaret Miu n’est pas n’importe qui, puisqu’elle est une dissidente. Oui : c’est une poétesse !

Non seulement Nos coeurs disparus dresse l’art comme outil de rébellion, mais Celeste Ng touche un équilibre rare : une dystopie écrite sur un ton relativement calme. La brutalité du monde décrit est contrebalancée par son écriture douce.

Traduction de Julie Sibony

Nos cœurs disparus, Celeste Ng, Sonatine, 23,50 euros

Le Premier jour de paix, Elisa Beiram

Source : L'Atalante
Source : L’Atalante

Mettre une utopie au pied du sapin, c’est possible. L’année dernière, nous vous parlions de Becky Chambers. En 2023, le second roman d’Elisa Beiram pourra ravir celles et ceux en quête d’imaginaire positif.

Nous sommes au bord de l’effondrement total en 2098, dans Le Premier jour de paix. Famines, guerres, changement climatique. Pourtant, l’espoir n’est jamais parti. Le monde n’est pas encore post-apocalyptique, et certains sont bien décidés à trouver une solution pour instaurer la paix comme système sociopolitique durable.

Voilà une œuvre audacieuse, où le futur n’est pas à jeter à la poubelle.

Le Premier jour de paix, Elisa Beiram, L’Atalante, 192 pages, 15,50 euros

Le Livre de Hain (intégrale), Ursula Le Guin

Source : Le Livre de Poche
Source : Le Livre de Poche

Si faire plaisir à un ou une fan de science-fiction, Ursula Le Guin est souvent de la partie. Il se trouve que son cycle culte de SF, dit « de l’Ekumen », est dorénavant pourvu d’une édition intégrale chez le Livre de Poche (en deux tomes).

Le cycle tire son nom de l’organisation interplanétaire Ekumen. Celle-ci est le résultat d’une colonisation spatiale massive, ayant eu lieu il y a des milliers d’années. Dorénavant, cette organisation envoie des émissaires, tels que des ethnologues, pour explorer des planètes aux quatre coins de l’espace, dans le but de fédérer toutes les espèces, et les peuples.

Ursula Le Guin livre comme toujours une littérature d’une grande finesse d’esprit, érudite, à l’inventivité riche (vous visiterez nombre de biomes), et politiquement puissante : l’altérité, au sens d’une quête anthropologique qui mélange tant la philosophie que l’ethnologie et la philosophie, reste au cœur de son œuvre. Le Livre de Hain est par ailleurs à cheval sur la fantasy, aux confins stellaires des genres.

Le Livre de Hain (Intégrale) – Tome 1, Le Livre de Poche, 1640 pages, 29,90 euros

Rossignol, Audrey Pleynet

Source : Le Bélial
Source : Le Bélial

Et si vous glissiez une novella au pied du sapin ? Dans Rossignol, Audrey Pleynet nous décrit une station spatiale minière présentée comme un melting pot utopique, où moult espèces cohabitent. Des « Paramètres » rendent celui-ci possible, en adaptant les lieux à toutes les physiologies.

L’utopie est cependant menacée. Un conflit diplomatique oppose les Spéciens et les Fusionnistes. Faut-il séparer les espèces ou, au contraire, les rapprocher davantage ? Un livre court et efficace sur la notion de vivre-ensemble, transposée à l’espace profond.

Prix Utopiales 2023

Rossignol, Audrey Pleynet, Le Bélial, 144 pages, 10,90 euros

Protectorats, Ray Nayler

Source : Le Bélial
Source : Le Bélial

À chaque Noël, nous vous proposons aussi un recueil de nouvelles. Les amoureux et les amoureuses de science-fiction, en soif d’explorer le genre, liront Protectorats avec plaisir. Ses 14 nouvelles sont par ailleurs à cheval sur le genre de l’uchronie (un événement passé modifié, qui change le cours de l’histoire — à ceci près que Ray Nayler projette dans un futur à partir de cette modification).

Voyage dans le temps, transhumanisme, androïdes, espace lointain… voilà autant de thèmes abordés par l’auteur, dans un avenir proche ou des futurs plus lointains. Avec une crise existentielle humaniste au cœur du questionnement : « J’ai peut-être simplement besoin de faire une pause. Est-ce qu’on peut arrêter d’être un humain pendant un moment ? »

Traduction de Henry-Luc Planchat

Protectorats, Ray Nayler, Le Bélial, 432 pages, 24,90 euros


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.