C’est la fin d’un long feuilleton. En accord avec la Commission européenne, Nintendo s’est engagé à prendre en charge la réparation des Joy-Con défectueux, même quand ils ne sont plus garantis.

Serait-ce la fin du feuilleton lié au Joy-Con Drift ? D’un point de vue légal, oui. Dans un communiqué publié le 4 avril, la Commission européenne a officialisé une excellente nouvelle : Nintendo s’est engagé à réparer gratuitement tout Joy-Con souffrant d’un « bug de réactivité du stick », même en dehors de la période de garantie (deux ans, en France). Cette page officielle, visible sur le site de Nintendo, stipule les conditions permettant d’en profiter.

La réparation gratuite des Joy-Con défectueux était déjà actée en France, sous la pression de l’association UFC-Que Choisir (Nintendo avait d’abord limité les interventions gratuites aux modèles encore sous garantie). L’intervention des hautes instances européennes scelle une bonne fois pour toutes la politique de Nintendo vis-à-vis des problèmes rencontrés par des milliers de joueuses et de joueurs. Le Joy-Con présente un défaut avéré, et la multinationale n’a d’autre choix que de proposer un geste commercial inhabituel.

Différents Joy-Con de différentes couleurs // Source : YouTube/Kevin Kenson
Différents Joy-Con de différentes couleurs // Source : YouTube/Kevin Kenson

Légalement, Nintendo est obligé de réparer votre Joy-Con atteint de drift

L’un des arguments retenus par la Commission européenne pour forcer Nintendo à tenir de tels engagements est bien évidemment le préjudice subi par les propriétaires de la Switch (plus de 25 000 plaintes reçues par le Bureau européen des unions de consommateurs, en janvier 2021). Elle met également en avant l’argument écologique : « Comme le problème rend des manettes inutilisables, les consommateurs qui ne sont pas en mesure de les réparer facilement ou gratuitement sont obligés de les remplacer, ce qui engendre des déchets électroniques évitables. »

Quelques restrictions s’appliqueront quant au caractère gratuit de la réparation. Nintendo refusera d’intervenir sans frais si :

  • Le bug est causé par un autre accessoire ;
  • Le Joy-Con a été utilisé à des fins commerciales (y compris la location) ;
  • Le bug est lié à une mauvaise utilisation du Joy-Con ayant par exemple conduit à sa détérioration ;
  • Le Joy-Con a été ouvert, modifié ou réparé.

Bref, certains cas aboutiront peut-être à des négociations avec Nintendo. Mais, la plupart du temps, la firme nippone réparera votre Joy-Con sans frais et vous n’aurez plus besoin de vérifier la date d’achat pour savoir s’il est toujours garanti.

Si cette obligation de Nintendo constitue une excellente nouvelle, ce n’est pas la fin du Joy-Con Drift pour autant. Le défaut, pleinement assumé, correspond à un design impossible à repenser. L’engagement de Nintendo est une mesure protectionniste, non pas une solution pour le long terme. D’ailleurs, il n’y aura aucuns frais de réparation « jusqu’à nouvel ordre ». Pour envoyer une demande, cliquez sur ce lien.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !