La série adaptée de League of Legends, Arcane, a fait sensation à sa sortie sur Netflix. Un documentaire sur YouTube en retrace l’histoire créative.

Après tous les clips extrêmement bien produits pour la promotion de League of Legends, il devenait évident que l’univers du jeu était une bonne source narrative. Mais les adaptations de ce type sont souvent ratées. C’est là où Arcane, diffusée sur Netflix, fait office d’exception, et même d’excellente surprise. La saison 1 a remporté un franc succès, tant pour son écriture que pour son esthétique graphique hors du commun.

Mais d’où vient l’idée même d’Arcane ? Que raconte la série ? Quelles étaient les ambitions des studios Riot et Fortiche ? Comment les personnages de Jinx ou encore de Vi ont été imaginés, construits ?

Par exemple, la version adulte de Jinx fait écho à ce qu’elle était enfant, mais « avec des yeux plus ronds et un regard plus triste ». C’est ce qu’on apprend, et beaucoup d’autres anecdotes encore, dans le documentaire Arcane : Combler le fossé. La première partie a été publiée le 4 août sur la chaîne YouTube de League of Legends.

Quelles sont les thématiques d’Arcane ?

« On ne voulait pas de la fille typique qui rit tout le temps sans raison, comme le joker. On voulait vraiment la faire paraître dérangée et affectée émotionnellement par son passé et son enfance », détaille par exemple le directeur des animations d’Arcane, au sujet de Jinx, un personnage adoré des fans de la série et des cosplayers. L’idée était que, même adulte, Jinx conserve sa « belle âme » qui a des choses à prouver à sa grande sœur.

Ainsi, tout au long du documentaire, les créateurs et créatrices du studio Fortiche ayant travaillé sur la série racontent le rôle qu’ils et elles ont joué, mais aussi leur propre vision de l’histoire, de l’univers, des personnages, ce qu’ils et elles ont voulu transmettre dans les arcs narratifs et la direction artistique.

alex_yee_arcane
Alex Yee, cocréateur d’Arcane, exprime sa vision dans le doc. // Source : League of Legends

On comprend aussi à quel point l’œuvre finale est réussie grâce au temps — et à la minutie donc — qui a été incorporé dans chaque épisode. Pour animer le tout premier, il a fallu pas moins de 10 mois.

En définitive, pour quiconque aura été impressionné par Arcane comme œuvre d’ensemble, le visionnage de ce documentaire permet d’entrer dans les coulisses fascinantes de la série.