Sony a visiblement opté pour les versions PAL des jeux PS1 intégrés à l’abonnement PlayStation Plus Premium. Le hic ? Les versions NTSC sont bien plus performantes.

Le nouveau PlayStation Plus est désormais disponible dans de nombreux pays, y compris en France. Comme toute nouveauté, il comporte son lot d’interrogations. L’une d’entre elles concerne les jeux les plus anciens : sont-ils disponibles dans leur version la plus rapide (NTSC) ? La réponse est non selon les tests réalisés par Video Game Chronicles, partagés le 23 juin.

Concrètement, sur les 13 jeux PS1 disponibles en Europe, au moins 7 sont issus des déclinaisons PAL. « En règle générale, les jeux PAL tournent 20 % moins rapidement que les jeux NTSC, et ne peuvent atteindre qu’un taux maximum d’images par seconde de 50 fps [contre 60] », indique le média. De fait, il faut s’attendre à voir de la déception chez les premiers utilisateurs, en attendant que Sony agisse.

PlayStation Plus
Le logo du PlayStation Plus, marque unique de Sony pour les services. // Source : Sony

PAL versus NTSC : le PlayStation Plus relance le débat

Dans un tweet, Sony a indiqué qu’il travaille actuellement sur une mise à jour du service : « Nous prévoyons de proposer l’option NTSC pour une majorité des jeux classiques offerts dans le PlayStation Plus Premium et Deluxe en Asie, en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande. » La firme japonaise est donc consciente du souci.

Il peut paraître étrange de constater que la multinationale n’ait pas opté tout de suite pour la meilleure version des jeux mis à disposition des abonnés. Un impair qu’elle avait déjà commis pour la PlayStation Classic. La version miniaturisée de la première console de son histoire est livrée avec 20 jeux préinstallés : la moitié est en PAL, l’autre en NTSC — ce qui implique des différences en termes de sensations de jeu. En réalité, ce choix peut s’expliquer par la volonté de proposer un maximum de langues.

Le PAL (Phase Alternating Line) et le NTSC (National Television Standard Committee) sont deux normes utilisées pour la télévision analogique, qui sont moins dans l’actualité aujourd’hui depuis le passage au numérique. Elles se distinguent notamment sur la fréquence d’images par seconde : 30 pour NTSC, 25 pour PAL. Il y a plusieurs années, les jeux vidéo se pliaient à ces contraintes liées à des standards d’affichage (50 Hz et 60 Hz), d’où l’existence de versions différentes en fonction des pays. Le NTSC est employé aux États-Unis, au Japon ou encore en Corée du Sud, quand le PAL, plus répandu, concerne l’Europe, la Chine ou encore l’Inde.

En somme, ce qui était déjà un problème dans les années 90 l’est toujours 30 ans plus tard. Et Sony fait face à un vrai dilemme. La firme nippone peut choisir de proposer la version d’origine, moins rapide, mais avec plus de langues, ou de privilégier le confort de jeu (la fluidité). Le mieux est sans doute de laisser le choix aux joueuses et aux joueurs, ce qui est promis à l’avenir.