Le 22 juin 2022, Buzz l’Éclair est sorti en salle. Le nouveau long-métrage de Disney et Pixar est un film de science-fiction qui s’amuse à faire des clins d’œil à d’autres films du genre. Mais lesquels ? Attention, spoilers !

Comme nous le disions déjà dans notre critique, Buzz l’Éclair est aussi un film de science-fiction très codifié. Il reprend les classiques du genre : vaisseaux, habitants de mystérieuses planètes, pistolets lasers, robots. Raison pour laquelle le long-métrage n’hésite pas non plus à faire des références aux traditionnels films de SF.

Quels sont ces principaux clins d’œil — à côté desquels vous êtes peut-être passés ?

Buzz l'Eclair Spoiler
Il vaut mieux voir le film avant de lire cet article.

1. 2001, l’Odyssée de l’espace

« Ah, les autopilotes », soupire plusieurs fois Buzz. Au cours du film, on prend un malin plaisir à se moquer des assistants vocaux du futur. Ceux-ci sont surtout présents dans les vaisseaux, où ils aident à naviguer dans l’espace en toute sécurité et préviennent des potentiels dangers. Par exemple, celui dans le vaisseau de Buzz se prénomme IVAN.

Source : Disney
« Bip boup » // Source : Disney

Cette intelligence artificielle nous fait étrangement penser à HAL9000, l’assistant du vaisseau spatial Discovery One dans 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick. Système informatique autonome, il est capable de prendre lui-même des décisions et de gérer les systèmes de navigation, de contrôle et de communication du vaisseau.

Source : Metro-Goldwyn-Mayer
« This mission is too important for me to allow you to jeopardize it. » // Source : Metro-Goldwyn-Mayer

Par leur unique œil lumineux, ces deux assistants de vaisseaux ont l’air d’être de la famille. On pourrait même croire que l’œil bleu d’IVAN reflète sa bienveillance, alors que l’œil rouge de HAL9000 sa malice.

2. Interstellar

Buzz l’Éclair essaie tant bien que mal d’entrer dans l’hyperespace pour retourner sur sa planète. Mais après sa première mission, il découvre que le temps passe plus lentement dans l’espace qu’à terre. Il voit donc sa cheffe et meilleure amie Alisha prendre de l’âge, se marier, avoir un enfant, alors que lui reste le jeune gaillard qu’il était à leur arrivée sur cette planète.

Source : Disney
Buzz et Alisha. // Source : Disney

Cette perspective sur le temps semble s’inspirer du film Interstellar de Christopher Nolan. Là aussi, le personnage principal découvre qu’une heure près du trou noir correspond à vingt-deux ans sur Terre. Ses enfants sont devenus des enfants et avaient perdu l’espoir de revoir leur père.

Source : Warner Bros
«Every hour we spend on that planet will be seven years back on earth» // Source : Warner Bros

3. Alien

Alors que Buzz, accompagné d’une équipe de Space Rangers Junior, essaie de récupérer un vaisseau pour continuer sa mission seul, il se retrouve dans un garage à vaisseau envahit d’œufs de mouches géantes. Elles sont dangereuses et sur le point d’éclore. On les retrouve aussi dans une des trois scènes post-générique du film.

Source : Disney
Ces mouches-là. // Source : Disney

Cette scène ressemble à Alien, où Ripley découvre l’usine de refroidissement nucléaire de la colonie spatiale sur LV-426, elle-aussi remplie d’œufs d’aliens.

Source : 20th Century Fox
Téma la taille de l’oeuf. // Source : 20th Century Fox

4. Star Wars

Déjà dans les films Toy Story, Zurg était une référence à Dark Vador dans Star Wars, par sa grande tenue noire, son énorme casque et son mystérieux lien avec le héros — car s’il faut le rappeler Zurg était censé être le père de Buzz, comme il est mentionné dans Toy Story 2.

Source : Disney
C’est carrément la même mise en scène. // Source : Disney

Mais dans le film, alors que Zurg enlève son masque afin de dévoiler son identité, la scène rappelle la façon dont le casque de Dark Vador est posé sur la tête d’Anakin Skywalker.

Source : Lucasfilm
Tu m’étonnes qu’il souhaite mettre un casque. // Source : Lucasfilm

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.