Spotify aussi est affecté par les controverses autour des fausses informations, maintenant qu’il accueille des podcasts. Une émission qualifiée d’antivaccination a irrité un artiste, Neil Young, qui prévient : c’est lui ou la désinformation, mais pas les deux.

La bataille contre la désinformation se déplace parfois sur des terrains pour le moins inattendus. Déjà bien entamée sur les réseaux sociaux et dans les médias, elle se déroule maintenant sur les plateformes de streaming musical. Et en la matière, Spotify est devenu un front très « chaud » depuis que le service accueille des podcasts, en plus d’un vaste catalogue musical.

C’est ce que révèle Rolling Stones, le 24 janvier, en relatant un conflit qui est en train de monter, avec en fer de lance Neil Young, un musicien canadien de premier plan, qui est également un artiste connu pour ses prises de position. Et justement, la dernière en date concerne un podcast Spotify qui est accusé de tenir un discours antivaccin.

Mise à jour 27/01/2022 : Spotify ayant décidé de garder le podcast, Neil Young a retiré sa musique de plateforme pour l’instant.

Neil Young ou Joe Rogan, mais pas les deux

Le podcast qui suscite l’ire de Neil Young s’appelle The Joe Rogan Experience, qui compte 1 768 épisodes en date du 25 janvier. Selon Rolling Stones, chaque émission est écoutée par environ 11 millions de personnes — le programme est hébergé en exclusivité par la plateforme suédoise depuis septembre 2020 et est, selon le Wall Street Journal, un puissant aimant à clientèle.

C’est ce discours antivaccin que Neil Young ne supporte pas et un ultimatum est désormais posé au géant du streaming musical : ce sera Joe Rogan ou Neil Young, mais pas les deux. Si Spotify privilégie le premier, alors Neil Young demandera le retrait de l’ensemble de son œuvre, qui est écoutée, selon Spotify, par un peu plus de 6 millions de personnes chaque mois.

Les prises de position de Joe Rogan sur la vaccination sont considérées comme très nuisibles à la bonne poursuite de la couverture vaccinale, notamment de l’autre côté de l’Atlantique. Les avis de l’animateur sur les traitements disponibles pour limiter les formes graves du coronavirus sont d’ailleurs si problématiques que des médecins se sont sentis obligés d’écrire à Spotify.

Spotify
Spotify est mis devant ses responsabilités. // Source : Tony Webster

Ainsi, dans une lettre ouverte parue le 10 janvier et signée par des centaines de praticiens, c’est un épisode en particulier (le 1 757e) qui a mis le feu aux poudres, car il a « promu des théories du complot sans fondement et le Joe Rogan Experience a un passif inquiétant de diffusion de fausses informations, en particulier concernant la pandémie de COVID-19. »

« En autorisant la propagation d’affirmations fausses et socialement préjudiciables, Spotify permet à ses médias hébergés de porter atteinte à la confiance du public dans la recherche scientifique et de semer le doute quant à la crédibilité des conseils fondés sur des données offerts par les professionnels de la santé », poursuivent les représentants du corps médical.

Spotify n’a pas encore pris la parole sur cette mise en demeure l’obligeant à choisir et, donc, à prendre position. L’affaire illustre en tout cas les demandes croissantes qui sont formulées en direction des grandes plateformes. Celles-ci sont appelées à prendre leurs responsabilités sur des enjeux liés à la désinformation, au lieu de se retrancher derrière l’argument de la neutralité de l’hébergement.

Il y a fort à parier que Neil Young n’hésitera pas à mettre à exécution sa menace. On se souvient qu’en 2015, le chanteur n’avait pas hésité à retirer toute sa musique de Spotify parce qu’il estimait que la qualité sonore n’était pas à la hauteur. Elle était revenue quelques années plus tard. Cette fois, ce sont les fausses nouvelles sur Spotify qui pourraient servir d’allumette.