La plateforme de vidéo russe ne s’est toujours pas remise d’une attaque lancée le 9 mai. L’entreprise se dit victime d’une menace permanente sophistiquée contre son système informatique.

Le rétablissement va être long. RuTube, la plateforme de vidéo russe, équivalent de YouTube dans le pays, confirme ce 10 mai sur Telegram que le site ne s’est pas encore remis d’un piratage informatique. La veille, alors que de nombreux Russes comptaient regarder la commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Russie sur RuTube, ils découvrent une page sombre avec un message : « Le site web a été attaqué. La situation est actuellement sous contrôle. Les données des utilisateurs ont été sauvegardées ».

Les entreprises du web russes ont subi une série de cyberattaques pour saboter le visionnage de la parade et le discours de Vladimir Poutine. Des messages anti-guerre ont remplacé la liste des programmes sur les sites des chaines de télés russes. RuTube est plus gravement touché puisque la plateforme est toujours inactive ce 10 mai au matin.

RuTube
La plateforme est toujours en maintenance ce 10 mai. // Source : Numerama

L’entreprise invite à suivre le rétablissement du site sur sa page Telegram : « Les APT (menace persistante sophistiquée) sont connues pour être des attaques planifiées et – surtout – coûteuses. Quelqu’un voulait vraiment empêcher RuTube de montrer le défilé du Jour de la Victoire et les feux d’artifice de célébration. Ce n’est pas un péché de se souvenir des batailles que nous avons gagnées. La bataille pour RuTube continue », pouvait-on lire hier soir.

Une APT signifie que que l’attaque a été planifiée et exécutée de manière à nuire gravement à l’architecture du site. RuTube a balayé les rumeurs d’une perte du code source de sa plateforme. « « Nous sommes confrontés à la pire cyber-attaque de l’histoire de RuTube […] le rétablissement sera plus long que ce que les ingénieurs avaient prévu au départ. Cependant, les sombres prédictions n’ont rien à voir avec l’état actuel des choses : le code source est disponible, la bibliothèque est intacte ». Les données et les comptes des utilisateurs devraient donc être conservées.

Le ministre ukrainien du numérique se moque de RuTube

Le piratage n’a pas été revendiqué, mais le ministre ukrainien du numérique Mykhailo Fedorov s’est targué d’un message moqueur sur son canal Telegram : « La déprogrammation continue. Il ne s’agit pas d’une cyberattaque, mais d’une opération spéciale visant à améliorer votre infrastructure informatique ». Mykhailo Fedorov fait ici référence à l’interdiction de parler de guerre en Russie – sous peine d’emprisonnement – le Kremlin préfère parler d’une « opération spéciale de paix » pour définir son invasion.

YouTube est encore de loin la plateforme privilégiée en Russie mais le Kremlin pousse la population à se tourner vers l’alternative locale. « Nos blogueurs doivent quitter les plateformes étrangères – c’est plus correct » avait déclaré le Premier ministre russe Mikhaïl Mishustin au début du mois d’avril. La plateforme vidéo de Google est l’un des derniers moyen de s’informer libre et a récemment été condamnée à payer une amende pour son inaction contre « la propagande ». Quant à Facebook et Instagram, les deux réseaux sont bannis depuis la fin mars.