Elon Musk annonce le lancement de Starlink, son service d’Internet par satellite, en Ukraine.

C’est un développement supplémentaire, plus inattendu de la guerre entre l’Ukraine et la Russie. Dans un bref message publié sur Twitter dans la nuit du 26 au 27 février, Elon Musk a annoncé la mise en route de Starlink en Ukraine. « Le service Starlink est maintenant actif en Ukraine. D’autres terminaux sont en route », écrit l’entrepreneur américain.

Elon Musk réagissait à une interpellation sur le réseau social de Mykhailo Fedorov, vice-premier ministre de l’Ukraine et ministre de la Transformation numérique de l’Ukraine.

« Elon Musk, pendant que vous essayez de coloniser Mars — la Russie essaie d’occuper l’Ukraine ! Pendant que vos fusées atterrissent avec succès depuis l’espace, les fusées russes attaquent la population civile ukrainienne ! Nous vous demandons de fournir à l’Ukraine des stations Starlink et de demander aux Russes sains d’esprit de se lever. »

Starlink
Pour fonctionner, le réseau de satellites a besoin de paraboles. // Source : Starlink

Starlink est un réseau de satellites appartenant à SpaceX, une entreprise née au début des années 2000 et spécialisée dans l’astronautique. Née sous l’impulsion d’Elon Musk, la société entend être un fournisseur d’accès à Internet, mais dont la particularité est de proposer une liaison qui passe par l’espace, via ses propres satellites de communications.

Avec ce service, il s’agit de fournir un accès à Internet partout dans le monde, y compris dans les régions qui ne sont pas bien pourvues (ou pas du tout) en termes d’infrastructures terrestres. Cependant, Starlink se déploie aussi fortement dans les pays occidentaux, comme la France alors que les besoins en connectivité sont déjà largement satisfaits.

Pour que Starlink fonctionne, il faut déployer de très nombreux satellites en orbite terrestre basse, à quelques centaines de km du sol. Plus de 2 000 exemplaires ont déjà été lancés, mais ceux vraiment actifs sont moins nombreux (certains doivent être calibrés, d’autres ont été perdus, ou tombés en panne). À long terme, Starlink pourrait en avoir des dizaines de milliers.

Une parade contre les coupures d’Internet en Ukraine

Le déploiement de Starlink en Ukraine pourrait atténuer d’éventuelles coupures du réseau organisées par la Russie, via des actions de piratage et de guerre cyber, ou bien causées par des ruptures de liaison causées par des bombardements touchant physiquement des nœuds importants des infrastructures terrestres. On sait que des interruptions ont été signalées en Ukraine.

Certaines modalités de la disponibilité effective de Starlink pour l’Ukraine ne sont pas encore connues à cette heure.

Comment acheminer les kits de connexion jusque dans le pays ? Il faut en effet avoir un équipement spécial, dont une parabole à fixer sur le toit pour se connecter aux satellites. Et quid des stations au sol, qui restent indispensables pour connecter les satellites au réseau Internet (on peut supposer peut-être que des stations situées dans des pays proches suffiront pour faire la liaison ) ?

SpaceX Falcon 9 Starlink
Un décollage d’une fusée SpaceX, au profit de Starlink. // Source : SpaceX

La question du financement se pose également : normalement, l’acquisition du kit coûte 500 euros. Au regard des circonstances, ce serait sans doute mal venu d’adresser la note au peuple ou au gouvernement ukrainien. Peut-être s’agira-t-il d’un don de SpaceX ou bien pris en charge par la fortune personnelle d’Elon Musk.

L’arrivée de Starlink dans le dossier ukrainien pourrait exposer le service, et par ricochet SpaceX, à des mesures de représailles cyber de la part de la Russie, si elle a pour plan d’entraver le réseau Internet dans le pays pour atteindre ses objectifs de guerre. Les stations au sol, les satellites et les infrastructures de l’entreprise ne sont pas forcément hors de portée.

La décision d’Elon Musk constitue une première dans le genre, ne serait-ce que pour Starlink.

Jusqu’à présent, le service ne s’est déployé qu’avec des buts commerciaux, en Europe, en Amérique du Nord, en Océanie et en Amérique du Sud. L’outil a pu toutefois être envisagé à la fois comme moyen d’assistance à des pays frappés par une catastrophe naturelle (une assistance aux Tonga a ainsi été évoquée, après l’éruption d’un volcan.

Dans le cas ukrainien, c’est très différent : il s’agit d’apporter un appui technique non seulement contre un risque éventuel de censure, qui était un développement aussi évoqué pour Starlink, mais en plus dans un contexte de guerre.