Le Mobile World Congress a été annulé à cause de l'épidémie de coronavirus. Après une série de désistements, la Game Developers Conference a été repoussée à cet été.

Mise à jour du 29 février 

L’issue paraissait de plus en plus inéluctable : face à la cascade de désistements liés à l’épidémie du coronavirus, les organisateurs de la Game Developers Conference (GDC) ont décidé de repousser l’événement à cet été. « Nous allons travailler avec nos partenaires pour finaliser les détails et nous partagerons plus d’informations sur nos plans futurs dans les semaines à venir », ont-ils précisé dans un communiqué publié le 28 février. La GDC devait initialement prendre place du 16 au 20 mars, au Moscone Center de San Francisco. 

Article original 

La Game Developers Conference (GDC) connaîtra-t-elle le même sort que celui du Mobile World Congress (MWC), qui a été contraint d’annuler son édition 2020 à cause de l’épidémie de coronavirus (Covid-19) ? Nous n’en sommes pas encore là. Toutefois, au regard de la propagation de la maladie, qui sévit en Chine et qui a atteint plusieurs autres pays à travers le monde, les organisateurs pourraient être poussés à renoncer à maintenir le salon.

Et comme dans le cas du MWC, c’est le retrait en cascade des participants qui pourrait forcer le GDC à jeter l’éponge. Or depuis le 20 février, date des premières défections, force est de constater que la débandade est en cours. Elle s’est poursuivi à la fin du mois, avec plusieurs autres annulations, dans la mesure où l’épidémie continue de se diffuser un peu partout sur la planète.

Désistements à la GDC 2020

Le 20 février, Facebook a expliqué que ses équipes en réalité virtuelle et augmentée, ainsi que celles dédiées aux jeux vidéo, ne feront pas le déplacement. À la place, le réseau social entend diffuser ses annonces en ligne, via des vidéos et des communiqués, et mettre à profit la visioconférence. Le site recommande d’ailleurs à ses employés de ne pas visiter le salon cette année.

Le même jour, Sony a déclaré à Game Industry avoir pris la décision de passer son tour pour cette année à cause de la situation fluctuante autour du coronavirus, qui évolue chaque jour et est susceptible de compliquer à tout moment les voyages internationaux. Depuis la médiatisation de l’épidémie, plusieurs dessertes aériennes, notamment pour la Chine, ont été mises à l’écart.

Autre abandon remarquable, celui de Kojima Productions. Le studio de jeu vidéo japonais, connu pour la série Metal Gear et Death Stranding, a fait savoir le 24 février qu’il ne fera pas non plus le déplacement à San Francisco, ville d’accueil de la GDC depuis 1988. En conséquence, Hideo Kojima, tête pensante de l’entreprise, n’assurera pas la session qu’il devait animer le 19 mars.

Hideo Kojima ne sera pas du voyage, tout comme son entreprise. // Source : Georges Seguin

Le 27 février, un autre poids lourd de l’industrie vidéoludique, Microsoft, a aussi décidé de se mettre en retrait. « Après un examen minutieux des directives des autorités sanitaires mondiales et par excès de prudence, nous avons pris la décision difficile de nous retirer de la participation à la GDC 2020 à San Francisco », annonce le groupe. À la place, il y aura un évènement en ligne, du 16 au 18 mars.

Son de cloche similaire pour Epic Games, le studio à qui l’on doit le jeu vidéo Fortnite et le moteur Unreal Engine. Dans un message publié sur Twitter, l’éditeur jette aussi l’éponge, au nom de la sécurité sanitaire de ses employés. Si des annonces doivent être faites, elles le seront via les canaux numériques de l’entreprise. Même décision chez Unity, une société qui est connue pour son moteur de jeu.

La GDC maintient le salon

Ces désistements pourraient en amener d’autres, à mesure que la date de la conférence — elle aura lieu du 16 au 20 mars — se rapprochera et si l’épidémie continue de progresser malgré les dispositions prises par les différents gouvernements pour tenter de la juguler. Déjà le 13 février, du fait des restrictions de voyage et des mesures de quarantaine, la GDC annonçait l’absence des compagnies chinoises.

« Tous nos exposants basés en Chine (environ 10 % des 550 entreprises accueillies au GDC cette année) ont dû repousser leur participation à 2021 ou envoient du personnel nord-américain pour tenir leur stand », écrivait la GDC. Le 20 février, les organisateurs ont réaffirmé leur conviction de pouvoir organiser un évènement « sûr et réussi », avec l’appui des autorités de santé locales.

Une page dédiée synthétisant les informations sur les conséquences éventuelles du coronavirus sur l’organisation du salon a été mise en place. Toutefois, des mises à jour ultérieures (le 28 février) montrent que les certitudes ne sont plus d’airain. Sans le dire explicitement, les organisateurs de la GDC suggèrent, en fonction de la situation, que le salon pourrait être abandonné.

(mise à jour avec les renoncements de Facebook, Unity et Epic Games, et les dernières déclarations de la GDC)

Partager sur les réseaux sociaux