La prometteuse startup française Holi a annoncé qu'elle ne pourrait pas livrer de nombreux réveils connectés pour lesquels avaient pourtant payé des contributeurs sur Kickstarter. Le CEO Grégoire Gérard regrette un échec après avoir « tout tenté ».

«  Tout semble sourire au réveil Bonjour d’Holi  », s’enthousiasmaient les sites tech en janvier 2017, alors que la startup française venait de remporter le prix de l’innovation au CES, le grand rendez-vous du monde de la tech à Las Vegas. Deux ans plus tard, tout s’est écroulé.

Holi a tout fermé ce 22 janvier 2019 : sites internet, réseaux sociaux, service après-vente, l’équipe est tout simplement injoignable. Seul un mail a été envoyé aux internautes qui les avaient jadis soutenus : « Aujourd’hui est un triste jour. À cause d’un manque de ressources financières, l’entreprise doit cesser son activité. »

Capture d’écran de la vidéo de présentation du réveil Bonjour // Source : Kickstarter

Des milliers de contributeurs sans appareil

Les milliers de contributeurs qui avaient précommandé un exemplaire du réveil connecté, pour une valeur entre 100 et 135 euros, ne recevront jamais leur appareil. Au final, Holi est n’est parvenu qu’à assurer qu’environ 10 % des pré-commandes.

Arnaud fait partie de ces consommateurs déçus. Le 4 décembre 2016, il est devenu le 6 213e internaute à commander un réveil Bonjour via la plateforme Kickstarter, lancé par l’entreprise française Holi. Il a déboursé 135 euros pour obtenir le fameux réveil connecté, censé lui être livré en juin 2017. Mais Arnaud n’a jamais reçu l’appareil, comme il l’explique à Numerama.

Pourtant, la campagne de financement participatif lancée par Holi avait été un immense succès fin 2016 : les Français avaient levé plus de 840 000 euros, dont 642 000 sur la célèbre plateforme Kickstarter. Ils avaient enchaîné les salons — comme le CES 2017 — exhibant fièrement leur produit aux allures d’un Amazon Echo Spot avant l’heure, capable de donner la météo, régler la luminosité ou la température d’une pièce.

Indiegogo

Comme Arnaud, plusieurs « backers » (du nom des internautes qui soutiennent un projet sur une plateforme de financement participatif) ont expliqué à Numerama n’avoir jamais reçu le produit pour lequel ils avaient contribué à la campagne de Holi. D’autres, comme Luc, nous racontent avoir réceptionné l’appareil, mais l’avoir renvoyé, car il ne fonctionnait pas bien : « Les services ‘connectés’ ne fonctionnaient pas correctement (le trafic routier, la météo), la radio fonctionnait mal, et les alarmes ne s’arrêtaient pas. Il fallait débrancher l’appareil », confie-t-il par écrit.

La youtubeuse Mademoiselle Jude, de son côté, souligne avoir également réceptionné l’appareil, mais l’avoir renvoyé, car il ne marchait pas bien. Elle est toujours en attente d’un remboursement. «  Ils font les morts, sur l’ensemble de leurs supports », assène-t-elle, visiblement découragée.

L’entreprise s’est volatilisée

Depuis ce mardi 22 janvier au matin, Numerama a en effet pu constater que l’entreprise a effectué un grand nettoyage. Son site internet principal est hors service, tout comme ses profils sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter. La messagerie du numéro de téléphone de la startup est quant à elle pleine : il est impossible d’y laisser un message.

Il n’est pas rare que des projets financés par campagne participative n’arrivent pas à être concrétisés, et Kickstarter s’en dédouane aisément dans ses règles d’utilisation : « Kickstarter ne rembourse pas. Les transactions se font entre les contributeurs et les créateurs directement. Pour obtenir un remboursement, allez directement contacter le créateur du projet. »

De son côté, Holi, ou plutôt FiveFive, du nom de son entreprise-mère, est officiellement déclarée en cours de liquidation, ce qui lui permet d’éviter la responsabilité de rembourser les utilisateurs qui ont réalisé des pré-commandes. Sur la page de commentaires Kickstarter réservée aux contributeurs, dont nous avons pu nous procurer des captures d’écran, on peut lire une centaine de messages d’internautes en colère, contre l’entreprise, mais aussi contre Kickstarter qui ne les protégerait pas assez.

Capture d’écran de la page Kickstarter de Bonjour // Source : Kickstarter

Le mystère Vocall.ai

Alors que nous étions en train de constater la mise hors ligne du site officiel de Holi, l’entreprise a aussi fait disparaître un autre site, qui n’est pas passé inaperçu aux yeux des contributeurs. Il s’appelle Vocall.ai, et il semble vendre le même produit que le réveil Bonjour, mais sous un autre nom. Sur le site que l’on peut encore consulter en cache, on voit que Vocall est en fait vendu comme un service (et non comme l’appareil en lui-même) d’assistant vocal destiné « au secteur de la santé ».

Capture d’écran du site Vocall.ia désormais hors ligne // Source : Vocall.ia

D’après nos recherches, le nom de domaine Vocall.ai a bien été déposé par la même entreprise FiveFive (aussi dépositaire de Holi.io), et ce en mars 2018, soit bien après le lancement de la levée de 800 000 euros auprès du grand public.

Le nom de domaine de Vocall.ia déposé par FiveFive // Source : Whois

Ce site internet, que beaucoup de backers découvrent aujourd’hui, n’a pourtant jamais été caché sur le site de Holi, comme on peut le voir en cache. Mais dans les commentaires, le fait que la startup ait lancé un second service en 2018, alors même qu’elle n’avait pas fini d’envoyer les réveils à tous les contributeurs originaux, est très mal vu. D’autant plus que Vocall revendiquait des « clients » : laboratoires, hôpitaux, EHPAD, etc.

Contacté sur ce point, Kickstarter nous renvoie vers ses conditions d’utilisation, qui stipulent : «  Le créateur est seul responsable des promesses formulées dans le cadre de son projet. S’il n’est pas en mesure de respecter les conditions de l’accord, il peut être poursuivi en justice par les contributeurs. »

Capture d’écran du site Vocall.ia désormais hors ligne // Source : Vocall.ia

Contactés à de nombreuses reprises sur plusieurs plateformes ainsi que par téléphone, plusieurs cofondateurs et employés de Holi n’avaient pas encore répondu. Après la publication de cet article, le CEO de Holi, Grégoire Gérard, nous a finalement contactés le 24 janvier 2018 pour apporter des précisions sur ce qu’il s’est passé. « On a tout essayé pour faire en sortie que le projet perdure », explique-t-il. Il insiste sur le fait que l’entreprise a dû se plier à la décision du tribunal de Commerce, et qu’en aucun cas Holi n’est «  parti avec la caisse » de l’argent du Kickstarter. Il manquait à l’entreprise plusieurs centaines de milliers d’euros pour honorer le reste des pré-commandes.

Quant à Vocall.ia, le patron admet une erreur de communication sur le site : le service avait bien vocation à être vendu aux entreprises et service pubic, mais ne disposait pas encore de clients. « On voulait gagner de l’argent pour réussir à livrer tous les contributeurs », explique-t-il au téléphone.

« Un prototype n’est pas une démonstration de faisabilité »

Jusqu’ici, l’entreprise n’avait partagé officiellement qu’un seul message, adressé aux contributeurs Kickstarter. Ceux-ci ont ainsi appris qu’ils ne recevront pas leur produit, mais aussi que ceux qui ont reçu leur réveil connecté ne pourront bientôt plus du tout l’utiliser, car les « serveurs ne peuvent plus être financés » d’ici février 2019.

Le mail de Holi aux contributeurs Kickstarter // Source : Numerama

Holi enchaîne avec une liste de cinq erreurs que la startup a identifiées comme étant en partie responsables de son échec. Parmi elle, on trouve en premier lieu le fait que le réveil avait été présenté au grand public alors qu’il n’était qu’à l’état de « prototype » et non de « preuve de concept ». « Ce qui était inutile, autant au niveau de son industrialisation que de son développement technique », précise le message officiel.

Mise à jour du 24 janvier avec ajout des propos du CEO de Holi, Grégoire Gérard.

Crédit photo de la une : Kickstarter

Partager sur les réseaux sociaux