Samsung a profité de l'IFA pour présenter une version 43 pouces de sa télévision-cadre, bien nommée The Frame. L'occasion pour nous de découvrir ce concept bien maîtrisé par le Coréen.

C’est un peu le fil rouge de Samsung lors de cet IFA et l’une des idées qui nous a le plus touchés, amoureux que nous sommes de la sobriété épurée : en 2017 et dans les années à venir, la technologie ne doit plus se voir… et en particulier celle qui est depuis trop longtemps apparente. Cette année, les téléviseurs et autres écrans, câbles y compris, sont particulièrement dans le viseur du Coréen. Et à côté des téléviseurs classiques, fondus et sublimés, on trouve également une proposition audacieuse : The Frame.

Tellement audacieuse, pour ne rien vous cacher, que nous l’avons pris au début pour une blague. Quand l’un des VP Europe de Samsung a pris la parole sur la scène du Tempodrom après une introduction toute pétée sur le sens de la vie résumée en 5 minutes et a poursuivi sur Le Cadre, on imaginait qu’il s’agissait d’une métaphore filée sur la télévision. Mais non, il s’agissait bien d’un cadre — celui même qui avait été présenté il y a quelques mois par le Coréen pour orner les murs d’un écran.


Nous nous sommes pourtant accrochés à l’idée que ce n’en était pas forcément une mauvaise, d’idée, et nous avons cherché à voir l’objet sous toutes ses coutures. Grand bien nous en a pris : l’objet est bluffant, séduisant, élégant… difficile de ne pas l’imaginer prendre la place d’un téléviseur dans quelques années. Mais alors, au fond, de quoi s’agit-il ?

L’idée n’est pas révolutionnaire, mais son exécution est magistrale : Samsung a pris un écran (qui n’est pas QLED ni OLED au demeurant) et l’a encadré d’un système de bords interchangeable pouvant lui donner l’allure d’un vrai cadre. Les bords peuvent être plus ou moins fins selon votre envie du moment et plus ou moins classiques (des bords en bois type cadre Ikea) ou modernes (du métallique au cadre noir, en passant par des compositions de designers qui peuvent carrément aller vers de l’ultra-bariolé, à oser avec précaution dans un intérieur). Cadre trompe-l’œil oblige, The Frame a un système d’attache qui permet de le suspendre très proche du mur. En pratique, il ne dépasse pas du tout.

Côté technique, vous pouvez bien entendu l’utiliser comme une télévision tout à fait décente (mais évitez du coup de l’encadrer d’autres cadres classiques, cela risque de faire du mal à l’immersion d’une série ou d’un bon film) — c’est même son but premier. On reste sur de l’écran 4K UHD, compatible HDR et avec les fameux boîtiers à connectique déportée de Samsung qui permettent de rendre les câbles invisibles. Mais là où The Frame prend tout son sens, c’est lors de la non-utilisation de l’objet. Et comme son nom l’indique, il se transforme en cadre.

Ce n’est pas le cadre photo qu’on offrait aux grands parents à la fin des années 1990, ne vous y trompez pas. Une fois en mode cadre, les détecteurs de luminosité du cadre vont adapter la luminosité de l’écran à l’ambiance de la pièce. Cela signifie que, la plupart du temps, la luminosité de l’écran va être très basse pour avoir un côté mat très convaincant. Il s’éclairera plus, comme un cadre analogique, s’il capte de la lumière. En pratique, le logiciel qui gère tout cela a été conçu pour faire en sorte que, à tout moment, il soit pris pour un objet qui n’est pas numérique. Pour l’avoir vu dans de nombreuses configurations sur le stand Samsung, le résultat est toujours impressionnant.

À côté de cela, Samsung propose une sorte de marchand d’art numérique qui va vous relier à des galeries et des musées. Ces grands noms de l’art, ancien, moderne ou contemporain, vont proposer des œuvres numérisées à acheter à l’unité (pour une vingtaine d’euros) ou des abonnements annuels pour changer quand bon vous semble. Par défaut, Samsung propose gratuitement une centaine d’œuvres, du design graphique à la photo en passant par la peinture. Les reproductions sont sublimées par l’écran qui sait s’ajuster aussi à ce qu’il affiche — l’effet est saisissant. Si vous ne voulez pas payer, afficher vos clichés de vacances ou vos œuvres perso, c’est aussi tout à fait possible via l’interface de The Frame qui accepte les fichiers image. Un capteur de mouvement peut faire en sorte que l’écran s’éteigne s’il voit que plus personne n’est dans sa pièce.

Aujourd’hui, le prix de The Frame est élevé et le cadre n’est pas équipé des dernières technologies d’écran des fabricants (QLED ou OLED). Cela dit, le résultat est déjà si convaincant qu’on a vraiment hâte de voir jusqu’où Samsung va pousser son idée dans le temps. Et dans quelques années peut-être, les téléviseurs à-la-The-Frame seront la nouvelle norme.

The Frame coûte aujourd’hui entre 1 500 et 3 000 € pour des modèles allant de 43 pouces à 65 pouces (le 43 pouces annoncé à l’IFA n’est pas encore disponible).

Partager sur les réseaux sociaux