La télévision, bientôt plus qu'un mauvais souvenir dans vos salons ? C'est l'objectif de Samsung qui veut faire disparaître le téléviseur dans le mobilier. Une idée pleine de bon sens.

Il est rare de voir une photographie de design d’intérieur sans un élément, plutôt disgracieux, en son centre : le téléviseur, devenu écran plat au fil des années. Cet objet au cœur du salon est devenu plus beau d’année en année, perdant ses boursouflures, ses bords, ses pieds massifs ou ses haut-parleurs disgracieux. Le fait qu’il soit plat permet de réduire la taille du meuble qui le soutient — ou de l’accrocher au mur. Cette année, à l’IFA, Samsung a souhaité montrer la voie vers l’étape suivante : des téléviseurs qui ne sont plus des taches technologiques jurant avec un intérieur savamment conçu et organisé.

Samsung est passé maître dans l’art du téléviseur haut de gamme. La nouvelle série Q, présentée à Berlin, ne dément pas cette affirmation. La gamme Q, qui rappelle le nom de la technologie QLED employée, fait désormais dans la démesure. Les écrans incurvés vont jusqu’à 75 pouces et les écrans plats atteignent 88 pouces (c’est grand, même si nos photos ne permettent pas de s’en rendre compte).

Ces écrans, que l’on a pu voir lors de l’événement Samsung, sont particulièrement bluffants. Les couleurs sont fidèles, les noirs sont d’une profondeur absolue et leur compatibilité HDR10 / HDR10+ rend les variations de lumières toujours plus vivantes. Il suffit de quelques minutes devant un tel écran pour revoir ses standards à la hausse en termes d’image à la hausse.

Mais le plus impressionnant ne vient peut-être pas de l’écran — prouesse technologique — que du design de ces engins qui sont, pour ainsi dire, presque transparents dans un salon. On les voit comme des grandes fenêtres, bords ultra-fins aidant, posées au cœur du mobilier d’intérieur. La petite touche qui rend le tout vraiment agréable, c’est la participation de designers à un concours que Samsung a lancé en juin dernier autour de ses écrans QLED. L’objectif était simple : concevoir des pieds pour les téléviseurs qui les aident à se fondre dans le décor.

Si les résultats définitifs n’ont pas encore été montrés, les exemples exposés par Samsung sont déjà très intéressants et montrent que le téléviseur peut être conçu comme un meuble, avec autant d’exigence sur l’élégance générale du produit que lorsque l’on parle d’un meuble plus conventionnel.

C’est dans cet esprit, également, que Samsung commercialise son Frame qui a reçu une nouvelle taille à l’IFA. Cet objet étonnant est tout à la fois un téléviseur et un moyen d’exposer des œuvres d’art quand il n’est pas utilisé. Samsung l’a imaginé, comme son nom l’indique, comme un cadre à accrocher au mur. Le mode « Art » vous permet naturellement d’afficher des tableaux : vous achetez les reproductions numériques dans un magasin en ligne dédié, directement alimenté par les musées et les galeries. En plus de LUMAS, du Saatchi Art et de Sedition, les œuvres du Prado Museum pourront être exposées depuis peu.

Avec The Frame, on est complètement dans l’association d’un objet technologique et d’un objet du quotidien — le résultat, en pratique, est bluffant. De loin, on a vraiment du mal à distinguer ce qui est un tableau de ce qui est un écran diffusant des tableaux.

Vu les prix pratiqués par Samsung (de 2 600 € pour le plus grand à 1 500 € pour le plus petit), on imagine qu’ils orneront d’abord des murs d’entreprises ou de cabinets, mais les années passant, on les imagine bien devenir abordables et commencer à s’intégrer dans les maisons — jusqu’à faire disparaître complètement ce qu’on appelait autrefois un téléviseur.

Partager sur les réseaux sociaux