Les tests en conditions réelles réalisés par Waymo, l'entreprise de Google dédiée à la voiture autonome, lui ont permis de cibler un obstacle inattendu : les fientes d'oiseau. Pour empêcher ces déjections de perturber les capteurs des véhicules, l'entreprise a inventé une sorte de mini essuie-lidar dédié.

Les obstacles aux nouvelles technologies prennent parfois des formes inattendues. La preuve avec l’une des principales menaces qui pèses actuellement sur les voitures autonomes : elle ne provient pas des routes… mais du ciel. Et plus précisément des oiseaux, comme les pigeons, particulièrement nombreux dans les espaces urbains.

Leurs fientes s’avèrent en effet particulièrement dangereuses pour le lidar, le détecteur installé sur le toit, qui utilise la lumière pour permettre au véhicule de visualiser l’environnement direct et donc de circuler sans danger.

Waymo, l’entreprise de Google (Alphabet) consacrée à cette technologie, en fait les frais de manière récurrente, comme le rapporte Bloomberg. Pour éviter ces déjections fortuites aux conséquences potentiellement désastreuses, Waymo a donc pris les devants en inventant une sorte d’essuie-glaces miniaturisé qui permet de nettoyer le lidar après chaque incident de ce genre.

Lidar GIF - Find & Share on GIPHY

Waymo a également amélioré la conduite sous la pluie

Si l’obstacle peut prêter à sourire, surtout chez les automobilistes qui ont déjà retrouvé leur voiture parsemée d’excréments pour l’avoir garée sous un arbre particulièrement exposé, il constitue bien l’une des faiblesses que la voiture autonome doit surmonter avant sa commercialisation — attendue, dans le meilleur des cas, pour 2020.

Outre cette invention atypique, les ingénieurs de Waymo ont aussi conçu de nouvelles caméras qui permettent à la voiture de mieux appréhender l’environnement lorsqu’il pleut, autre difficulté importante avec la conduite nocturne.  Ses voitures autonomes sont aussi capables de repérer les piétons et les voitures de bien plus loin qu’avant (jusqu’à à 180 mètres).

L’autre difficulté majeure à l’heure actuelle, pour les voitures autonomes, reste leur capacité à réagir en une fraction de secondes lorsque les conducteurs humains agissent de manière inattendue. Les équipes de Waymo expliquent ainsi avoir amélioré leur système, désormais plus performant lorsqu’il s’agit d’appréhender la vitesse d’insertion des véhicules sur l’autoroute, un soudain demi-tour ou encore le fait de tourner à gauche en l’absence de signalisation de ralentissement. Un exercice difficile puisqu’il lui faut juger si elle a le temps de tourner avant que l’autre circulation n’arrive à l’intersection.

Partager sur les réseaux sociaux