Un professeur en informatique de la New York University qui a déjà entraîné des IA à jouer à Super Mario Bros s'attaque à un autre défi : leur apprendre à repérer les bugs présents dans un jeu vidéo. Une avancée potentielle qui simplifierait la vie des développeurs.

Après avoir fait leurs preuves en tant que joueuses de jeu vidéo, les IA deviendront-elles testeuses de bugs ? C’est ce qu’espère prouver Julian Togelius, professeur d’informatique à la New York University, qui travaille actuellement avec trois collègues sur ce projet.

Une telle avancée permettrait de faire gagner une main d’œuvre et un temps colossal aux développeurs de jeux vidéo, qui sont actuellement obligés de consacrer des équipes entières au test qualité des jeux. Cette phase cruciale de conception d’un jeu consiste à y jouer pendant des heures pour en mettre à l’épreuve toutes les fonctionnalités, y compris les plus improbables ou celles que le joueur n’est pas censé accomplir.

Ainsi, bien que tirer sur l’extrémité du décor n’offre en pratique aucun intérêt pour le futur joueur du produit final, les testeurs doivent s’assurer que cette action n’entraîne pas un bug dans le paysage du niveau, et, si c’est bien le cas, corriger cette anomalie.

« Réaliser les bonnes actions aléatoires »

Aux yeux de Julian Togelius, qui a déjà appris à une IA comment jouer à Super Mario Bros comme un humain, cette démarche se prête particulièrement bien à ses capacités puisqu’elle est faite pour tester des scénarios improbables :  « Rien n’est plus facile pour un ordinateur que d’accomplir des actions aléatoires. Le plus important, c’est de réaliser les bonnes. »

L’expérience se concentre en priorité sur ce qu’il appelle l’« ajustement », c’est-à-dire le fait de recourir à des IA de niveau de compétence différents pour découvrir les limites du jeu en testant toutes ses possibilités. Les IA utilisées s’appuient notamment sur les données récoltées pendant les démonstrations de jeu réalisées par des humains, afin de mieux en saisir le comportement potentiel.

Si l’expérience en question se limite pour l’instant à un jeu d’arcade basique, Togelius est convaincu que les IA pourront à terme dénicher les bugs de FPS et autres jeux en open-world, comme Zelda : Breath of the Wild.  « L’un des défis de notre recherche est de s’assurer que les algorithmes se montrent suffisamment polyvalents dans leur façon de jouer, pour être sûrs qu’ils détectent tous les bugs d’un jeu et pas seulement quelques-uns. »

Partager sur les réseaux sociaux