Le moteur de recherche fait l'objet de vives critiques pour avoir intégré un article de blog conspirationniste en tête de ses résultats d'actualité sur les résultats de l'élection présidentielle américaine.

Après Facebook, accusé d’avoir joué un rôle dans l’élection présidentielle américaine en tolérant la diffusion d’articles d’actualité mensongers sur ses pages, c’est au tour des algorithmes de Google d’être remis en question.

L’information erronée est tirée d’un tweet lui-même qui cite lui-même un tabloïd ultra-conservateur

Les médias américains ont remarqué que les mots-clé « final election numbers   » ou « final vote count 2016 » faisaient apparaître, dans l’encadré du moteur de recherche réservé aux articles d’actualité, un article de l’obscur blog WordPress « 70 News », qui clame — à grand renfort de majuscules — que Donald Trump a remporté les votes populaires de l’élection américaine en plus de ceux des grands électeurs.

Une information erronée — Hillary Clinton possède une avance importante dans la première catégorie — tirée d’un blog conspirationniste mais présentée par Google comme un contenu informatif, logiquement réputé de valeur sûre alors que l’auteur de l’article se base sur un tweet lui-même non vérifié… tiré d’un tabloïd ultra-conservateur américain.

Test effectué — en navigation stand et privée –, l’article litigieux apparaît bien parmi les premiers résultats de Google (en quatrième position) mais disparaît dès qu’on passe dans dans la catégorie « Actualité ». Peut-être justement parce que celle-ci contient déjà de nombreux articles relatant cette information.

capture-decran-2016-11-14-a-18-25-53
Google Actualités a déjà mis en avant des sélections étonnantes par le passé, comme les publications les plus populaires des forums de discussion Reddit. L’entreprise n’a pas encore réagi aux sollicitations de The Verge, mais cette anecdote interroge une fois de plus sur les méthodes pour le moins floues — mélange de mots-clé, de timing et d’audience ? —  utilisées par l’entreprise pour hiérarchiser les résultats de recherche présentés à ses utilisateurs.

À lire sur Numerama : Pour Mark «  autruche  » Zuckerberg, Facebook n’a pas influencé l’élection américaine

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés