Le site 1337.to a modifié la manière dont il présente les liens BitTorrent de façon à ce que sa page d'accueil ne puisse plus être bannie de Google.

Abandon de Torrentz.eu, neutralisation de KickAss Torrents, arrêt de Torrenthound… il ne fait pas bon d’être un site de liens BitTorrent en ce moment. En quelques mois à peine, plusieurs têtes d’affiche ont, pour différentes raisons, disparu de la scène du téléchargement illicite. De quoi ravir l’industrie du divertissement, bien entendu, qui mène un combat sans merci pour ces plateformes.

Mais les jeux sont loin d’être faits. Les organismes chargés de défendre les intérêts des studios de cinéma et des labels de musique aux États-Unis l’admettent eux-mêmes : dans leur dernier rapport anti-piratage remis au représentant au commerce du gouvernement américain, il y a encore beaucoup de sites de ce type en activité. Sans parler du fait qu’il existe aussi d’autres genres de sites.

piratage

Parmi eux figure 1337x.to. Présent dans les listes noires de la MPAA et la RIAA, cité dans des actions judiciaires visant à obtenir le blocage de certains sites au niveau des fournisseurs d’accès à Internet, banni des résultats de Google (mais pas chez Bing, Qwant ou DuckDuckGo), le site est l’une des cibles prioritaires des ayants droit, tout comme Isohunt, LimeTorrents, ThePirateBay, ExtraTorrent ou Rarbg.

Malgré les mesures prises à son encontre, 1337x.to est toujours dans la course. Il a même vu une progression de son audience du fait du retrait de certains de ses compétiteurs — ceux cités plus haut. C’est un phénomène bien connu : ce n’est pas parce qu’un site de P2P ferme ses portes que son public met soudainement fin à ses pratiques : il a plutôt tendance à partir en quête d’un nouveau lieu à fréquenter.

1337.to veut revenir dans l’index de Google

Mais ce n’est pas tout. En parallèle de la hausse de son trafic, 1337x.to cherche de nouveau à être référencé sur Google. Comment ? En refondant sa page d’accueil de manière à ne plus afficher directement le moindre lien menant vers un contenu piraté. Car en effet, toute page qui liste un lien BitTorrent illicite est susceptible d’être la cible d’une demande de déréférencement provenant de son titulaire de droit de son représentant.

C’est exactement ce qui est arrivé à 1337x.to en juin 2014.

Sa page d’accueil figurait dans une liste établie au nom de Feelgood Entertainment. Google, contraint par les dispositions législatives d’une loi américaine, la DMCA, était alors tenu de répondre promptement à la requête sous peine de voir sa responsabilité engagée. La procédure avait été engagée pour le film 3 Days to Kill, sorti en 2014, avec Kevin Costner et Amber Heard dans les principaux rôles.

Un design anti-notifications

« En raison du blocage de notre ancien index par les moteurs de recherche, les nouveaux utilisateurs rencontraient des difficultés pour trouver le site. Nous avons développé une nouvelle page d’accueil qui contient uniquement un champ de recherche, donc nous ne devrions plus être bloqués par les moteurs de recherche à l’avenir », peut-on lire sur le site dans un encart annonçant la nouvelle.

Google
CC WDNet

En règle générale, Google refuse de bannir de son index les pages d’accueil des sites de liens BitTorrent. Ainsi, il est tout à fait possible de tomber sur Extratorrent.cc, Rarbg.to, Rutracker.org, ThePirateBay.org, Bitsnoop.com, Isohunt.to, Torrentdownloads.me ou, LimeTorrents.cc en tapant leur nom dans le champ de  recherche de la firme de Mountain View.

La règle n’est toutefois pas immuable : il existe des contre-exemples, temporaires ou définitifs, comme BTJunkie, The Pirate Bay ou, justement, ExtraTorrent. Il était apparu que c’était parce que des liens BitTorrent figuraient sur les pages d’accueil des sites en question. Ce n’est pas systématique (Extratorrent.cc liste des liens sur sa page d’accueil et il est pourtant accessible via Google), mais cela joue.

C’est pour cela que 1337x.to a choisi de revoir la manière dont il organise son site web.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés