Google a obtenu un brevet concernant un concept de drone capable de servir de support pour de la télé-présence.

Google a un intérêt marqué pour les drones. En la matière, son projet le plus avancé s’appelle Wing et consiste à mettre au point un système de livraison de colis par les airs. Dévoilé en 2013, il doit faire ses débuts commerciaux l’année prochaine. D’ici là, grâce au feu vert de l’administration de l’aviation civile, Google va pouvoir effectuer des tests sur le territoire américain.

La firme de Mountain View a d’autres idées dans son sac. Il reste néanmoins à leur donner corps. C’est le cas par exemple de ce brevet repéré par Quartz qui décrit le principe d’un drone de type quadricoptère qui embarque plusieurs terminaux et équipements de façon à pouvoir afficher sur un écran l’image d’un interlocuteur situé à un autre endroit. En gros, c’est de la télé-présence déployée sur un drone.

Drone de télé-présence
On identifie sans peine l’écran et la tablette sur le drone

L’intérêt d’une telle approche est que le drone peut donner l’illusion du déplacement de l’interlocuteur, même si en la matière une telle approche n’est pas nouvelle : via des robots, la télé-présence en mouvement existe déjà : ces technologies ont été vues à InnoRobo ou au Web Summit, mais aussi à la Maison Blanche. Si certains modèles coûtent encore cher, d’autres commencent à avoir un tarif plus raisonnable.

La différence, c’est que le drone de télé-présence pourrait enjamber des obstacles sur son chemin ou bien prendre de la hauteur. Reste qu’un tel engin, s’il est séduisant sur le papier, pourrait se retrouver face à des difficultés particulières : quid de l’autonomie, alors que les drones actuels ne peuvent tenir que quelques dizaines de minutes ? Quid aussi du bruit généré par quatre pales tournant à toute vitesse ?

Comme à chaque fois, la découverte d’un brevet ne signifie pas que l’entreprise qui l’a déposé va forcément en faire quelque chose d’intéressant. Il révèle avant tout que le département de R&D de Google ne se tourne pas les pouces. Il arrive néanmoins que certains titres de propriété industrielle atteignent une étape plus avancée que celle de la table à dessin…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés