Orange avait présenté avait présenté son réseau Lora lors du show Hello, mais à l'InnoRobo, l'opérateur veut désormais convaincre les bidouilleurs et les professionnels. Et nous a aussi présenté U-by un curieux dispositif de téléconférence robotique.

Réseau LoRa

Orange a annoncé au show Hello son investissement matériel dans le réseau bas débit LoRa pour l’internet des objets et cherche désormais à convaincre les professionnels de son utilité dans les foyers français. À ce titre, l’opérateur nous a présenté un petit boîtier dans lequel on trouve un Arduino et une antenne qui le raccorde à LoRa, prêt à être bidouillé. Ce petit kit développeur cherche surtout à convaincre que le réseau utilisé par Orange (et Bouygues) est pionnier en France. Et de fait, que les professionnels des objets connectés et de la robotique doivent s’en emparer.

A l’instar de la lampe-antenne que l’opérateur avait déjà présentée ce petit kit permet d’émettre et connecter à peu près n’importe quoi — grâce à l’Arduino — au réseau bas débit. Un kit que les futurs partenaires d’Orange qui veulent expérimenter sur leurs objets peuvent se procurer gratuitement.

orange-robot

Téléprésence

L’autre raison de la présence d’Orange est la présentation exclusive de son nouveau dispositif de téléconférence robotique réservé aux professionnels. Appelé U-By — pour ubiquité — par l’opérateur, ce robot-télévision-unijambiste est en réalité construit par la société américaine Beam, mais sera, en France, commercialisé par Orange.

La bête est en réalité l’assemblage d’un écran, une caméra, de capteurs et d’un dispositif à roues pour se déplacer. Perché au dessus d’un pied, l’écran sert à diffuser l’image et le son d’un utilisateur qui prend en main le robot depuis son smartphone ou un ordinateur alors même qu’il n’est pas présent là où le robot se situe. Une sorte de Skype incarné en robot.

On comprend bien vite l’intérêt de la machine par rapport à la simple téléconférence : ici l’utilisateur absent d’une réunion va pouvoir télécommander son robot et participer à une réunion. Et le robot, guidé par l’utilisateur émetteur va se balader avec, à la place de la tête, un écran et la tête de l’utilisateur affiché dessus. Orange nous explique qu’il faut imaginer ça comme une forme de téléportation. 

orange-robot-2

Nous avons beaucoup d’imagination, mais en réalité, le robot s’avère assez angoissant. Pour le tester, nous avons pris en main un exemplaire qui était à Lyon, dans les bureaux de Beam, et depuis le salon nous avons pu le guider à travers le bureau, allant à la rencontre des collaborateurs de l’opérateur. On imagine que dans une situation professionnelle, on se sent moins mal à l’aise que dans notre cas de figure, où nous avons été téléporté en live chez des inconnus. Se déplacer comme si de rien n’était dans des bureaux à l’autre bout de la France peut s’avérer pour les entreprises un gain de temps et d’argent. C’est du moins l’argument d’Orange.

La version qui sera commercialisée prochainement coûtera tout de même 3 000 €, « le prix d’une imprimante », nous a glissé un commercial. La plus-value face à Skype est évidente, mais le don d’ubiquité que promet Orange séduira-t-il les entreprises ?

En tout cas, Orange aura fait le maximum pour que le produit convienne au marché français : l’opérateur a doté les robots de clefs 4G afin de garantir une connexion live et instantanée, ce que l’on peut confirmer grâce à notre test. Mais surtout, l’opérateur assure que toutes les données échangées par les robots américains seront stockées en France et non par Beam. Une garantie confidentialité un peu chauvine mais qui rassurera certainement les potentiels clients.

orange-robot-3

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés