Imaginez-vous un futur dans lequel les câbles qui alimentent vos gadgets ont disparu ? Energysquare aussi et entend bien montrer avec son premier produit que cet avenir n'est pas un rêve.

La charge par induction, qui vous permet de poser vos appareils sur une surface dédiée est en train de faire son petit chemin vers la démocratisation. Elle s’avère très pratique, par exemple, pour recharger des montres connectées que l’on pose avec nonchalance sur une table de nuit avant d’aller se coucher. Cela dit, l’induction est une technologie qui a ses limites.

D’abord, il faut bien entendu que votre objet — le plus souvent un smartphone — soit compatible ou que vous lui attachiez une coque qui le rend compatible. Ensuite, la charge par induction est souvent moins rapide qu’une charge classique et vous devez poser l’objet bien au centre de la plaque pour qu’il charge. Toutes ces limitations ont été proprement listées par Timothée Le Quesne et Daniel Lollo, alors étudiants à Télécom ParisTech, qui ont essayé au sein de leur école d’y apporter des solutions.

Team

C’est après une petite année de réflexion dans l’incubateur de l’école puis dans l’accélérateur de Numa que l’équipe, renforcée par un designer industriel, a trouvé une solution efficace et bien pensée à tous ces problèmes : Energysquare. Dans nos bureaux, Timothée nous a expliqué le concept de cet objet qui fait en ce moment un carton sur Kickstarter, ayant récolté presque trois fois ce qu’il demandait.

Il s’agit d’un côté d’une plaque divisées en plusieurs carrés conducteurs, reliée au secteur. De l’autre, un petit autocollant qui vient se coller derrière votre smartphone et qui cache deux électrodes et un connecteur (amovible, bien entendu) pour une prise Lightning, USB Type-C ou micro-USB.

New sticker

210492-Stickers-ca344a-original-1464180270

ezgif-984765740

Le reste est simple à comprendre : quand vous posez votre appareil sur la plaque, les deux connecteurs vont toucher deux carrés conducteurs et votre appareil va commencer à charger. Contrairement à l’induction, vous pouvez poser votre smartphone absolument n’importe où sur la plaque et la charge est maximale, puisqu’elle est faite de manière classique, par conduction.

L’objet est donc compatible avec les smartphones qui embarquent une technologie de charge rapide, la plaque pouvant délivrer un ampérage plus élevé au besoin. Et oui, si vous avez un ordinateur avec un port USB Type-C, comme un Macbook ou les futurs Zenbook 3, vous pourrez les recharger en les posant sur la plaque.

Car si l’objet est aujourd’hui est aujourd’hui à l’état de prototype, l’équipe d’Energysquare a une vision qui, pour être honnête, nous enchante particulièrement : faire disparaître à tout jamais les câbles d’alimentation. Aujourd’hui, Energysquare est une plaque à acheter et un sticker à coller, mais demain, Timothée espère que leur technologie sera intégrée directement dans le mobilier, notamment en milieu professionnel ou dans les hôtels. Et côté sticker, l’équipe a rendu le design open source, espérant que des constructeurs se l’approprient pour l’intégrer directement dans leurs appareils.

Table0

210386-8_Nightstand-2ba0bd-original-1464127735

Ce futur est encore loin, mais s’il se réalise, on peut imaginer acheter une cafetière ou un grille pain équipés avec les électrodes d’Energysquare et les poser tout simplement sur notre plan de cuisine Ikea qui aura intégré la plaque dans une version waterproof et résistante aux coups de couteau. Un hôtel pourra également proposer des stickers maison, aux couleurs de leur marque, et dire à ses clients de les coller sur leurs smartphones qu’ils pourront alors poser sur n’importe quelle table de nuit pour les recharger.

Aujourd’hui, ces jeunes ingénieurs ont un défi beaucoup plus pratique à relever : réussir leur première industrialisation pour livrer les personnes ayant contribué sur Kickstarter en novembre 2016. Avant cela, ils auront encore quelques petits ajustements à faire à leur plaque et à leur autocollant pour que les deux technologies se fassent oublier du mieux qu’elles peuvent.

Il vous reste 8 jours pour soutenir le projet sur Kickstarter, à partir de 59 euros.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés