L'opérateur japonais NTT DoCoMo a procédé au test d'une diffusion en direct d'une vidéo 8K en 5G, en partenariat avec Nokia. Pour 2020, le Japon entend faire profiter le public de la 5G lors des Jeux olympiques.

Le Japon a bien l’intention de faire des Jeux olympiques une vitrine de son savoir-faire technologique en matière de communication sans fil. Alors que la compétition n’aura lieu que dans quatre ans, le pays du Soleil levant prend d’ores et déjà des dispositions pour que l’évènement soit l’occasion de faire une démonstration des réseaux sans fil de toute nouvelle génération.

Pour atteindre cet objectif, Tokyo pourra s’appuyer sur les opérateurs du pays, à commencer par NTT DoCoMo. Celui-ci vient en effet de faire sensation lors d’un test mené conjointement avec Nokia le 19 mai dernier. L’objet de cette alliance ? Parvenir à diffuser en direct une vidéo en ultra-haute définition (en 8K, soit une définition de 7680 par 4320 pixels) via l’Internet mobile, et sans délai.

NTT DoCoMo
CC Tysh

« La diffusion […] a été possible par la combinaison d’un système expérimental développé conjointement par DoCoMo et Nokia et de techniques d’encodage en H.265/HEVC mises au point par les NTT Media Intelligence Laboratories. Le système utilise des techniques de suivi de faisceau pour transmettre des signaux par ondes millimétriques à une fréquence extrêmement élevée de 70 GHz », commente l’opérateur.

« Lors de cet essai, une vidéo 8K de 48 Gbit/s — un débit quatre fois plus grand que la vidéo 4K et 32 fois plus important que de la Full HD — a été compressée par un encodeur en des signaux allant de 145 Mbit/s à 85 Mbit/s et transmise avec succès sans délai », commente l’opérateur nippon.

La 4G se déploie, cap sur la 5G

La 5G promet des capacités de téléchargement bien supérieures à la 4G actuelle, à la condition que les infrastructures suivent et que les forfaits téléphoniques évoluent pour tenir compte de cette nouvelle réalité qui ouvrira de nouvelles perspectives dans bien des secteurs, comme l’e-santé, les maisons connectées, les transports « sécurisés » ou encore les réseaux d’énergie intelligents.

Sur ce terrain, l’Europe nourrit elle-même de grandes ambitions sur la 5G. Neelie Kroes, qui a eu la responsabilité la politique numérique au sein de la Commission, a plaidé en faveur d’un leadership européen. Le Vieux Continent s’est d’ailleurs rapproché de la Corée du Sud, du Brésil, de la Chine et du Japon pour standardiser le protocole et obtenir un consensus mondial sur sa définition ses fonctionnalités clés et le calendrier à suivre.

À lire sur Numerama : 5G  : tout savoir sur le réseau mobile du futur

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés