En déplacement au CeBIT de Hanovre, le premier ministre britannique a annoncé un partenariat entre trois universités allemande et britanniques, pour développer la 5G en Europe.

Il semble bien que la priorité en Europe n'est plus le développement d'un réseau de fibres optiques qui relierait chaque foyer à l'Internet à très haut débit, mais bien le passage le plus rapide possible de la 4G au réseau mobile 5G, aux avantages nombreux sur le papier. La 5G pourrait offrir jusqu'à 10 Gbps de débit, serait capable de délivrer des communications de manière ultra rapide pour atteindre seulement 1ms de latence, consommerait moins d'énergie donc moins de batterie grâce à un protocole optimisé, et accueillerait un nombre bien plus élevé de connexions simultanées, ce qui sera essentiel avec le développement de l'internet des objets.

La Commission Européenne, qui a publié récemment une infographie pour tenter de faire imaginer à quoi pourrait bien servir la 5G, répète à l'envi depuis plusieurs mois qu'elle souhaite voir l'Europe devenir leader de la 5G, et encourage les investissements par des partenariats publics-privés. Selon les estimations des industriels asiatiques comme Huawei ou Samsung, les premières exploitations commerciales de la 5G devraient apparaître en 2020.

En attendant, le premier ministre britannique David Cameron s'est rendu en personne au salon technologique CeBIT de Hanovre pour dire que la 5G faisait partie des trois chantiers prioritaires de collaboration entre la Grande-Bretagne et l'Allemagne. Et lui-même tente de faire prendre conscience de l'importance du saut technologique.

"Avec la 4G, un film de 800 méga-octets prend environ 40 secondes à télécharger ; avec la 5G ça serait réduit à une seule seconde", a-t-il défendu. "C'est un trésor que tous les chercheurs du monde vont rechercher et je suis heureux d'annoncer une collaboration entre l'Université de Dresde, la King's College University de Londres et l'Université de Surrey", est-il venu révéler à l'auditoire allemand.

Les deux autres champs de collaboration entre l'Allemagne et la Grande-Bretagne, appelés de ses voeux par David Cameron, sont le développement du marché unique des télécoms, avec la suppression des frais de roaming, et le développement de l'internet des objets.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés