Trois plaintes ont été déposées contre FitBit, accusé de tromper les consommateurs sur la fiabilité de ses capteurs de rythme cardiaque.

Les bracelets électroniques et autres montres intelligentes qui prétendent prendre votre pouls en temps réel sont-ils des dispositifs à prendre au sérieux, ou de simples gadgets amusants qu’il ne faut surtout croire sur parole si l’on tient à sa santé ? Aux États-Unis, trois plaignants de trois états différents (Californie, Colorado et Wisconsin) ont porté plainte contre Fitbit, accusé de tromper les consommateurs sur la fiabilité de ses capteurs de rythmes cardiaques.

Selon les plaignants qui veulent ouvrir des class actions pour réclamer des dommages et intérêts, les FitBit Charge HR et Fitbit Surge sous-estimeraient fortement la fréquence de battement de leur cœur lors des phases d’activité physique intensive, ce qui mettrait leur santé en danger. La société est accusée de publicité mensongère et de mise en danger d’autrui.

Maintenez votre intensité

Sur son site internet, Fitbit indique que ses produits sont équipés d’un module « Fréquence cardiaque PurePulse », qui permet un « suivi en continu et automatique de la fréquence cardiaque au poignet et [des] zones de fréquences cardiaques simplifiées ». Aucune astérisque ne vient nuancer le propos. Il est aussi dit qu’avec ce système PurePulse, « optimisez votre entraînement, maintenez votre intensité et surveillez votre dépense calorique grâce au suivi automatique de la fréquence cardiaque au poignet. Les mesures en continu de la fréquence cardiaque par la montre Surge vous permettent de rester dans la zone définie en tout temps ».

purepulse

« Vérifiez votre fréquence cardiaque en un clin d’œil et évaluez votre effort pour ajuster vos exercices sur le moment », dit aussi le site internet. Il faut se rendre dans les pages intérieures du site, sur une page consacrée aux meilleures pratiques pour la précision PurePusle, pour lire enfin que « comme toutes les technologies de suivi de la fréquence cardiaque, la précision est affectée par la physiologie, l’emplacement de l’appareil et différents mouvements », et obtenir des conseils visant à améliorer la précision. Mais rien ne met en doute la qualité du fréquence-mètre lui-même.

Un consommateur qui ferait trop confiance à son bracelet FitBit peut donc tenter de flirter en permanence avec des limites cardiaques affichées à l’écran, qui seraient en fait dépassées. Le risque d’accident cardiaque est donc réel, pour ceux qui font davantage confiance à la machine qu’à leur corps pour savoir quand s’arrêter de courir ou ralentir.

Dans un communiqué, FitBit a indiqué qu’il combattrait la plainte et assuré que ses équipes vérifiaient constamment la fiabilité des capteurs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés