Google a lancé YouTube Red, une formule payante à 9,99 dollars par mois qui permet aux Américains d'avoir accès sans publicité à YouTube, ainsi qu'au service Google Play Music, concurrent direct de Deezer, Apple Music et Spotify.

L’information avait déjà filtré le mois dernier, elle est désormais officielle. Google a lancé mardi aux États-Unis YouTube Red, une formule payante dont l’avantage le plus direct pour l’abonné est de pouvoir regarder toutes les vidéos YouTube sans aucune publicité, pour 9,99 dollars par mois.

Les autres atouts apportés par YouTube Red sont la possibilité d’enregistrer des vidéos sur son ordinateur ou son mobile pour les regarder sans connexion à internet, l’accès (à partir de l’année prochaine) à quelques contenus exclusifs produits par YouTube, la lecture en fond de tâche (utile pour la musique), et surtout l’accès au service Google Play Music, désormais couplé avec YouTube Red — s’abonner à l’un engendre automatiquement un abonnement inclus à l’autre.

Rappelons que Google Play Music donne accès donne accès en illimité à des millions de titres en streaming, sur le même modèle que Spotify, Deezer ou Apple Music. C’est donc, dans les faits, une offre à 9,99 dollar qui combine à la fois la vidéo et la musique.

Un adblock payant, mais pas que

youtubered

Ajoutant toutefois à la confusion d’une offre déjà peu lisible, Google n’a rien dit du sort réservé au service de clips illimités YouTube Music Key lancé en bêta l’année dernière, alors que lui-même était facturé 9,99 euros par mois. Il lancera en revanche un nouveau service baptisé « YouTube Music », dont les contours restent encore mystérieux. Il semble toutefois proche du simple onglet « Musique » déjà ajouté depuis plusieurs mois sur YouTube, qui joue le rôle de filtre pour retrouver facilement les chansons disponibles sur la plateforme de vidéos.

Si vous y comprenez encore quelque chose, bravo.

Comme l’ont noté avec sarcasme de nombreux internautes (qui souvent ne voient pas le couplage avec Google Play Music, trop discret alors qu’il est essentiel), le prix de 9,99 dollars par mois paraît particulièrement élevé pour un service qui peut être facilement reproduit avec des outils comme AdBlock ou KeepVid. Mais il sera justement intéressant de voir si Google change d’attitude à l’égard des bloqueurs de publicité, maintenant qu’il vend en quelques sortes son propre bloqueur de pub pour YouTube.

Continuera-t-il à accepter les internautes qui bloquent les publicités, ou commencera-t-il progressivement à leur livrer une guerre, voire à interdire les bloqueurs sur Chrome ? Si cette dernière option paraît peu vraisemblable (elle aurait surtout pour effet de redonner des parts de marché à Firefox, voire à Edge ou Internet Explorer), la première pourrait en revanche être testée dans les mois qui viennent, tant l’addiction à YouTube est grande chez de nombreux internautes, et la concurrence bien pale.

L’abonnement à YouTube Red est lancé pour le moment exclusivement aux Etats-Unis, mais d’autres pays devraient rapidement suivre. Le problème est aussi juridique, puisque les ayants droit doivent accepter les contrats qui permettent de partager les revenus issus des abonnements, et plus uniquement les revenus publicitaires.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés