Une étude note que la majorité des besoins en matière de déplacement peut déjà assurée par les voitures électriques. Un pourcentage qui ne fera qu'augmenter d'ici 2020. De quoi mettre fin au débat sur l'inquiétude concernant les distances que peuvent parcourir les véhicules équipés d'un moteur électrique ?

Les voitures électriques portent en elles la promesse d’en finir avec le carburant et la pollution provoquée par la circulation. Mais ces véhicules n’offrent pas la même autonomie que les modèles thermiques, qui sont capables de parcourir des centaines de kilomètres sans s’arrêter. Ainsi, la question de la distance que peuvent couvrir ces automobiles est — on le comprend — la première inquiétude pour le potentiel client.

Tesla a pris une petite longueur d’avance en annonçant ses véhicules capables de parcourir jusqu’à 500 km. Quand nous avons testé la Model S, l’autonomie était bien entendu au centre de nos préoccupations — et ce sera la même chose avec la Model X que nous découvrons à peine.

Mais cette inquiétude est-elle justifiée ?

Une étude américaine tend plutôt à montrer que cette crainte est infondée. En analysant les déplacements et les habitudes d’un échantillon d’Américains, Jessika Trancik du MIT a souligné que les voitures électriques sont capables de remplacer 87 % des voitures personnelles, sans que cela n’affecte l’usage que l’on peut en avoir (la majorité des trajets en voiture n’excède pas quelques dizaines de kilomètres).

Nissan Leaf

L’étude explique aussi que si les technologies améliorant les batteries continuent de progresser, ce sont 98 % des voitures qui pourraient être remplaçables en 2020. Dès à présent, une Nissan Leaf permet déjà de parcourir plus de 110 kilomètres de distance en une seule charge (tout dépend, bien sûr, de votre style de conduite et du trafic). Ce qui est bien suffisant, hormis pour un départ en grandes vacances.

Pour déterminer les habitudes des conducteurs, les chercheurs ont fondé leurs travaux sur les résultats d’une étude précédente, le National Household Travel Survey, ainsi que des données GPS et la consommation de carburant.

Bien sûr, les résultats varient d’une ville à l’autre. À New York, le pourcentage reste à 87 % alors que dans une ville comme Houston, les résultats varient légèrement compte tenu du plan de la ville, avec un taux de remplacement potentiel de 88 %. L’étude indique par ailleurs que dans des territoires ruraux, le taux reste relativement haut avec un résultat de 81 %.

Les voitures électriques peuvent déjà remplacer 87 % des voitures

En considérant une différence d’échelle évidente entre le territoire américain et la France, une telle étude pourrait aussi rassurer les clients français. Le MIT précise que les auteurs travaillent sur calculateur à destination du consommateur, afin que celui-ci puisse avoir une vraie simulation sur ses besoins et ne plus seulement fonder son achat sur des suppositions souvent inappropriées sur la compatibilité entre son réel usage de la route et la capacité d’une voiture électrique.

Le bénéfice environnemental que va produire la mutation du parc automobile est très réjouissant. Les scientifiques estiment ainsi que la consommation américaine en carburant va baisser de 61 % en cas de remplacement de 87 % des véhicules thermiques. De quoi soutenir la réduction des émissions de carbone.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés