Sacrifier la puissance au profit d'un habitacle spacieux ? Voilà une alternative qui ne plaisait pas à Tesla. Nous avons essayé la nouvelle Model X pendant un peu plus de 3 heures pour savoir si le défi avait été relevé. Spoiler : oui.

Au début du mois de septembre, le premier Model X français était livré par Tesla. La troisième voiture du constructeur américain, deuxième si on compte seulement les modèles grands publics, a été particulièrement attendue : contrairement à la Model S que nous testions en mai dernier, la Model X est un engin familial, prévu pour les vacances et les longs trajets. Cette catégorie de véhicule que les anglophones nomment SUV finit bien souvent par avoir les inconvénients de ses avantages : qui dit beaucoup de place dit voiture grosse et lourde et cela se traduit par des engins peu élégants avec une tenue de route moyenne.

Ces soucis, Elon Musk a souhaité les résoudre avec la Model X. Sur le papier, le véhicule embarque la même motorisation électrique que la Model S et remplace la carrosserie de berline sportive par un habitacle de type SUV. Toute la mécanique qui gère la poussée du véhicule est celle de la Model S, mais cela n’empêche pas la Model X de se distinguer par bien des aspects — et on en attend beaucoup d’un véhicule de 80 700 à plus de 150 000 euros.

Un avion ? Une voiture ?

Et le premier, c’est bien entendu le système de portières qui a été entièrement revu par Tesla. De l’aveu même d’Elon Musk, la société a mis trop de ressource dans ses fameuses portes Falcon qui ont été, dit-il, over-engineered, que l’on pourrait traduire par sur-réfléchies. Le résultat n’en reste pas moins impressionnant : sur la clef ou depuis le tableau de bord, vous déclenchez l’ouverture de ces portes qui viennent se déplier sur le haut de l’engin, finissant à peu près comme des ailes.

tesla-model-x-4

tesla-model-x-2

tesla-model-x-7

Ces deux portes latérales sont bardées de capteurs et embarquent une double motorisation qui leur permet d’ajuster l’ouverture. Un plafond trop bas ? Elles ne déploieront que la partie basse de la porte. Un mur trop collé ? Elles se lèveront suffisamment en hauteur avant de faire basculer la partie basse en position horizontale. Tout cela est géré dynamiquement et donne un accès parfait à l’habitacle, idéal pour faire grimper des enfants ou pour ranger des courses volumineuses.

Ce grand espace est aussi parfait pour accéder aux deux sièges de la dernière rangées (la Model X dispose de 7 places) : la deuxième rangée se rabat à la pression d’un bouton sur un axe horizontal motorisé également qui évite toute contorsion. Si un adulte peut parfaitement rester à l’arrière, on conseillera ces places aux personnes de taille moyenne pour que le confort soit maximal, même si tous les sièges peuvent s’ajuster (notamment depuis le tableau de bord) pour libérer de l’espace pour les jambes.

gif-2

Les portes avant et le coffre ont également reçu ces raffinements et s’ouvrent avec la clef ou en appuyant sur un bouton. Oui, l’ensemble détecte les obstacles et ne s’ouvrira pas contre un poteau ou un muret.

Le coffre, parlons-en. La Model X étant un SUV familial, sa capacité à stocker tout et n’importe quoi est fondamentale. Si vous partez à 5 ou moins, vous pourrez replier les sièges arrières, ce qui vous fera un coffre vraiment énorme, pouvant faire tenir en longueur quatre grosses valises sans problème. En plus, une trappe permet d’accéder à un autre compartiment sous le coffre. Comme il n’y a pas de moteur, tout l’espace sous le capot a été aussi assigné au transport : la Model X étant plus grande que la Model S, vous pourrez stocker facilement une poussette pliée à cet endroit.

tesla-model-x-5

tesla-model-x-3

tesla-model-x-8

Avec un peu plus de 2m de large, attendez-vous à avoir de la place. Derrière le sublime pare-brise qui remonte jusqu’au-dessus du conducteur, vous trouverez un habitacle spacieux et confortable, dans lequel, miracle, Tesla a enfin mis des rangements. Absents de la Model S, les rangements au centre de la cabine et sur les portières sont les bienvenus et permettent de garder propre l’intérieur du véhicule.

Tous les sièges motorisés sont inclinables et vous pourrez rouler dans la pollution des villes sans vous soucier des particules fines : la Model X embarque un filtre HEPA bien efficace et qui dispose d’un mode attaque bio-chimique. On espère que vous n’aurez jamais à le tester, mais sachez qu’il est censé pouvoir purifier l’air à l’intérieur de la voiture en cas d’une attaque de ce genre, notamment en ajustant la pression dans l’habitacle. Gadget ? On le souhaite : en tout cas, c’est salvateur sur le périph’.

tesla-model-x-6

En conduite

Nous avons pu rouler à peu près trois heures avec une Model X P90D, en ville, sur autoroute, sur nationale, sur départementale et même sur des chemins de terre sans véritable nom dans les manuels de toponymie. Sans surprise (mais on aime bien ne pas être surpris dans ce sens-là), la Model X est un vrai régal. La puissance de ses moteurs électriques est immédiatement disponible : comprenez que chaque coup sur la pédale d’accélération se traduit instantanément par une prise de vitesse, ce qui est impossible sur la plupart des voitures thermiques.

L’accélération en mode Démesuré est radicale et brutale, du genre à vous clouer au siège si vous êtes passager. Vous sentez la puissance à portée de pieds et vous n’aurez plus peur d’aucune entrée sur autoroute ou d’aucun dépassement. Comme la Model S, la Model X est capable de tout : vous exigez, elle s’exécute.

Malgré son gros format, son centre de gravité est extrêmement proche du sol : il s’agit, grosso-modo, de la batterie. Si vous mettez les suspensions dans le mode très bas, le bloc batterie se retrouvera plus bas que la moitié des roues. Cela a un effet d’aspiration vers le sol : vous avez l’impression que la voiture colle à la route, même dans les tournants les plus serrés.

C’est bien simple : on retrouve les sensations de la Model S sur une voiture beaucoup plus imposante, ce qui a de quoi surprendre. En mode Puissance Max le 0 à 100 km/h en départ arrêté est toujours à couper le souffle, même s’il reste plus lent que sur les Model S. Sur la P90D que nous testions, il s’effectue en 3,4 secondes. La future P100D pourra le réaliser en 3,1 secondes. Évitez donc les petits déjeuners trop copieux, mais attendez-vous à ce que vos enfants vous demandent des petits coups d’accélérateur quand vous les emmènerez au foot.

Oh, summum du style, un petit spoiler vient se déployer sur le coffre quand vous allez assez vite, pour ajuster l’aérodynamique du véhicule. Il est équipé d’une barre à LED reliée aux freins dont Tesla est très fière (il paraît que cela ne se fait pas ailleurs, nous vous avouons que ce détail n’est pas celui qui a retenu le plus notre attention).

En suspensions hautes, les petites routes de campagne ne vous feront pas peur. Vous pourrez mordre sur le bas-côté pour laisser passer un tracteur sans le moindre problème : c’est à peine si vous sentirez la voiture se baisser. La marche arrière est toujours assistée grâce à une caméra qui prévoit votre position et vous permettra de faire demi tour sans souci quand vous vous rendrez compte que vous vous êtes planté de route (parce que vous n’avez pas suivi le GPS, admettez).

L’accélération en mode Démesuré est du genre à vous clouer au siège

Côté infotainment, le système n’a pas progressé depuis la Model S que nous testions et même si nous lui trouvions quelques lacunes en tant que technophile (notamment sa lenteur), il faut reconnaître qu’il est efficace et complet — surtout si on le compare au reste de l’industrie. Les nouveautés se concentrent sur les nouvelles fonctionnalités de la Model X, déjà évoquées. Notez qu’on retrouve deux ports USB femelle et un adaptateur Lightning ou micro-USB qui vous permettra de garder votre smartphone debout. Le résultat n’est pas fameux quand on combine l’arrangement avec l’accélération (mon iPhone s’en souvient), mais ce n’est qu’un détail.

Pilotage automatique

Sur autoroute, c’est bien simple, vous n’allez pas conduire. Nous avons très vite repris la manie d’utiliser systématiquement l’Autopilot qui semble encore plus abouti qu’il y a quelques mois. La fonction de pilote automatique de Tesla vous donne à l’écran des consignes simples sur son utilisation (comme le fait que vous êtes responsable de votre véhicule autant qu’un pilote d’avion est responsable de son avion en pilote automatique) et évolue de jour en jour grâce à la mutualisation des données de conduites.

tesla-model-x-9

L’Autopilot est toujours capable de garder sa voie et de conduire à la vitesse définie par le conducteur, pondérée par celle du véhicule juste devant et de réagir efficacement dans des situations particulières. Par exemple, quand une voiture déboule sur votre voie sans crier gare, l’Autopilot la remarque et freine doucement pour s’ajuster à sa vitesse, puis progressivement pour rétablir les distances de sécurité. Nous avions eu quelques frayeurs sur Model S dans ces situations, mais nous avons eu l’impression que l’Autopilot est beaucoup plus doux et réagit de plus en plus efficacement (c’est-à-dire suffisamment tôt pour ne pas effrayer le conducteur) avec le temps.

Les dépassements nous ont aussi semblé plus assurés, même s’ils gardent leur froide perfection, on a l’impression que l’algorithme s’est encore enrichi de données de conduite. Les trajectoires sont parfaitement linéaires, ce qui est un régal pour vos passagers qui se laisseront bercer par la route. Nous n’avons pas pu tester la mise à jour récente qui donne un plus grand rôle au radar dans la détection des objets, mais déjà, on comprend l’importance de la collecte des données de conduite pour gagner la course à la voiture entièrement autonome. Et la longueur d’avance colossale que prennent les constructeurs, Tesla le premier, qui déploient leur technologie sur route.

Sur le chemin de la voiture autonome, Tesla prend une avance colossale

Vendue à partir de 83 000 euros, la Model X reste un véhicule haut de gamme qui acquière sa pleine puissance à partir de 143 000 euros. Il s’agit donc encore d’une voiture extrêmement onéreuse : il faudra attendre la Model 3 du côté de Tesla pour entrer dans une gamme de tarifs abordables.

En tout cas, il n’y a pas à dire, nous avons hâte de remettre les mains dessus pour un test complet.

Tesla Model X

En bref

Tesla Model X

Difficile de mettre en défaut la Model X de Tesla. Ce SUV de luxe est aussi confortable à habiter qu'à conduire et les technologies Tesla, de l'Autopilot aux portes Falcon, vont donner du fil à retordre à la concurrence. 

Les amoureux de la route ne sacrifieront même pas le plaisir de la conduite sur l'autel du SUV : avec sa vitesse maximale de 250 km/h et son accélération immédiate qui fait passer le véhicule de 0 à 100 km/h en 3,1 secondes, la Model X est l'une des voitures les plus agréables à conduire du moment.

Difficile de s'en séparer après y avoir goûté : vous voilà prévenus.

Top

  • Technos Tesla
  • Ingénierie des portes
  • Un régal à conduire

Bof

  • Infotainment un peu lent
  • Fonctionnalités de l'app compagnon
  • Et si les portes tombent en panne ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés