Alors qu'on attend avec impatience la startup qui va venir uberiser le sapin de Noël en réalité virtuelle, se pose toujours la question du caractère plus ou moins écologique des différents sapins commercialisés aujourd'hui. Et par chance, nous avons en 2016 des données suffisamment fiables pour y répondre.

À l’approche de Noël vient immanquablement la tradition du sapin. Et depuis que le plastique existe, l’équipe sapins naturels affronte l’équipe sapins artificiels. Il serait assez facile de croire que les sapins artificiels sont plus écologiques que les sapins naturels (qui sont de vrais arbres abattus pour une tradition), mais la question est en réalité un peu plus complexe et a été particulièrement bien documentée ces dernières années.

Le sapin artificiel a ainsi plusieurs défauts qui en font un choix vraiment peu écologique : il s’agit de plastique, matière peu éco-friendly, qui se recycle mal et n’est pas biodégradable. En plus, bien souvent, le sapin artificiel a été assemblé en Chine : il faut donc ajouter à la note environnementale le trajet de l’objet. Sans parler des produits qui auraient échappé aux contrôles et dans lesquels ont pourrait trouver des traces de plomb, ce qui n’est vraiment pas conseillé pour votre santé.

christmas-light

Une étude menée au Canada sur l’impact environnemental des sapins artificiel a montré que si vous optez pour un tel objet, vous devrez le garder plus de 20 ans pour que son impact sur l’environnement soit le même que si vous aviez opté pour un sapin naturel chaque année. Cette mesure a été minimisée par d’autres études qui ont estimé qu’il fallait au moins 10 ans d’utilisation pour arriver à ce résultat. Bref, vous avez plutôt intérêt à apprécier le sapin en plastique que vous avez choisi et à avoir pris un modèle de bonne qualité qui ressemblera encore à quelque chose dans 10 ans ou 20 ans.

À l’opposé, les sapins naturels ont quelques avantages qui sont bien souvent ignorés par les consommateurs. Premièrement, les sapins de Noël ne participent pas à la déforestation de notre planète : comme tous les produits agricoles de consommation, on les fait pousser pour cet usage. Il existe donc bien des champs de sapins de Noël qui sont constitués d’arbres qui ont été plantés uniquement pour la décoration du mois de décembre.

Aux États-Unis seulement, ce sont 350 millions de sapins qui poussent précisément pour ce commerce et 30 millions sont coupés chaque année autour de Noël. Cela signifie que plusieurs dizaines de millions d’arbres plantés dans ces fermes servent toute l’année à créer un microcosme local : les arbres accueillent des animaux et offrent un terrain propice aux développements de végétaux. En réalité, on est presque à l’opposé de la déforestation : le business du sapin de Noël permet d’entretenir des forêts de sapin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Forêt de sapins – Tom Simpson

Cela signifie bien évidemment que pour réduire l’impact environnemental de votre achat, vous devez acheter local. Si le sapin de vos rêves vient de l’autre bout du monde et s’est fait livrer par avion puis par camion jusqu’à votre porte, enrobé dans du plastique, vous avez tout faux. Au lieu de cela, vous pouvez repérer un sapin qui a grandi en France grâce à son écusson Fleurs de France et un sapin qui a grandi dans une ferme respectueuse de l’environnement par son écusson Plante Bleue.

Quel que soit le sapin naturel que vous choisirez, il offre différentes possibilités de recyclage. Si vous habitez dans une maison et que vous avez un jardin, vous pouvez opter pour un sapin en pot que vous pourrez replanter — la reprise est globalement bonne si vous avez placé le sapin dans une pièce non chauffée avant de le replanter et que vous ne le plantez pas par temps de gel. Si vous habitez en appartement, vous pouvez le faire recycler : il aura alors une troisième vie en compost ou en copeaux. En revanche, le sapin n’est pas un très bon bois de chauffage.

Faites bien attention à la législation en vigueur dans votre ville avant de déposer votre sapin sur le trottoir. À Paris, par exemple, le mieux est d’aller déposer son sapin dans un point de collecte : 93 jardins ont accueilli des sapins dans la capitale française l’année dernière et 54 000 conifères y ont été déposés. En France, en 2015, 83,1 % des sapins achetés étaient des sapins naturels et 90 % d’entre eux étaient des sapins coupés (ceux qui ne peuvent pas se replanter).

8205503833_5091b555c6_o

En bref

Si vous optez pour un sapin de Noël artificiel, il faut que vous vous fassiez à l’idée que votre arbre en plastique a 10 à 20 ans devant lui. Privilégiez quoi qu’il arrive des productions européennes ou françaises qui n’utilisent pas de composés chimiques dangereux — plus facile à dire qu’à faire, dans la mesure où plus de deux tiers des sapins artificiels vendus sont chinois.

Si vous optez pour un sapin de Noël naturel, vérifiez la provenance du sapin et choisissez-le en ayant à l’esprit ce que vous allez en faire après les fêtes. N’oubliez pas non plus que les sapins de Noël naturels poussent spécifiquement pour cet usage et ont plusieurs avantages pour l’environnement, de leur capacité à être recyclés à 100 % aux zones de plantation qui sont de véritables petites forêts abritant un écosystème naturel complet.

Une précédente version de cet article stipulait qu’il pouvait être intéressant d’utiliser son sapin dans une cheminée : c’est faux, il s’agit d’un bois de chauffage quelconque, si ce n’est mauvais. Merci aux commentateurs qui ont remarqué cette erreur.

Partager sur les réseaux sociaux