La JASRAC, société de gestion collective des droits d’auteurs au Japon, repasse à l’attaque. Elle avait déjà obtenu l’année dernière de YouTube qu’il publie un avertissement sur la violation de propriété intellectuelle en japonais et qu’il retire 30.000 vidéos incriminées, vidéos qui ont vite été remplacées par de nouvelles versions par les internautes.

Cette fois ci, ce n’est plus seule qu’elle mène l’offensive mais accompagnée d’une trentaine d’organisations, allant de groupes télévisuels au secteur du cinéma et de la musique. Le consortium insiste sur la nécessité pour YouTube de rendre effectif son filtre, que l’on attend toujours de voir mis en place.

« Nous demandons que tout contenu sous copyright soit supprimé immédiatement » tonne le compositeur Hideki Matsutake, improvisé porte parole pour l’occasion. Peut être aurait il fallu rappeler à monsieur Matsutake que n’importe quel contenu sur YouTube est de toute façon la propriété de quelqu’un – mais on comprendra contenu sous copyright « non autorisé » – et que même si YouTube était vidé de son contenu, cela n’empêcherait pas les vidéos de se retrouver sur un autre site.

Au pire, taper du poing sur la table aura peut être le mérite de soulager sa frustration et de secouer le puces des développeurs qui travaillent actuellement sur la mise en place du filtre.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés