La nouvelle vague de licenciements massifs annoncée cette semaine par Microsoft, qui concernera principalement Nokia et les activités mobiles du groupe, montre que la firme peine toujours autant à établir une stratégie pour rattraper un retard dû au mépris que la marque avait affiché pour l'iPhone. Et à son manque de vision.

Plus de 8 milliards de dollars et plus de 20 000 emplois. C'est le prix de l'arrogance payé par Microsoft, qui avait regardé de très haut l'arrivée de l'iPhone en n'imaginant pas qu'il puisse rencontrer le succès et qui, sept ans plus tard, se retrouve incapable de rattraper son retard sur la firme de Cupertino et sur Google. Au moment où Microsoft vient déjà d'acter la fin des activités mobiles de Nokia, qu'il avait rachetées pour 5 milliards de dollars en 2013, on peut en effet se remémorer la manière dont Steve Ballmer, alors à la tête de Microsoft, avait accueilli la sortie du premier iPhone en 2007 :

"500 dollars ? ! Avec toutes les subventions ? ! J'ai pensé que c'était le téléphone le plus cher au monde…", rigolait à gorge déployée Steve Ballmer. "Il n'est pas attirant pour les clients professionnels parce qu'il n'a pas de clavier, ce qui fait que ça n'est pas une très bonne machine. Ca se vendra peut-être bien, ou pas. Nous avons notre stratégie. Nous avons de supers appareils avec Windows Mobile sur le marché… Vous pouvez avoir un téléphone Motorola Q pour 99 dollars maintenant, c'est une machine qui peut faire beaucoup de choses ; elle fera la musique, elle fera internet, elle fera les e-mails, elle fera la messagerie instantanée… Donc je regarde [Apple] et je me dis, hé bien, j'aime notre stratégie. Je l'aime beaucoup".

8 ans plus tard, Windows Phone représente 2,66 % du parc des téléphones mobiles dans le monde, contre 42,61 % pour iOS et 46,87 % pour Android. Il ne se trouve quasiment plus de professionnels pour préférer un clavier physique au clavier virtuel, et même IBM vend des iPhone aux entreprises qu'elle équipe. Steve Ballmer, lui, a été débarqué en 2013, officiellement pour prendre sa retraite.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos