On savait EMI en négociation et Universal en négociation musclée. C’est finalement Warner qui signe le premier avec YouTube et partagera avec ce dernier les recettes publicitaires générées par des clips et autres vidéos qui exploitent des chansons du catalogue de la major américaine. Le site devrait employer un système de reconnaissance d’empreinte musicale de type Snocap ou Audible Magic pour détecter les exploitations de son catalogue.
Selon des estimations hasardeuses, YouTube pourrait potentiellement générer 440 millions de dollars de chiffre d’affaires en un an, et céder 65 % aux ayant droits comme Warner.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés