L'Arcep a donné son feu vert à Free pour exploiter un bloc de 5 MHz dans la bande des 1800 MHz à partir du 1er janvier prochain, ce qui lui lui permettra d'étendre ses services de 4G et 4G+. Pour Paris, Nice et Marseille, il faudra patienter quelques mois supplémentaires.

Free pourra bientôt augmenter sa couverture sur la 4G avec de nouvelles fréquences sur la bande des 1800 Mhz. L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a en effet rendu publique vendredi une décision du 16 décembre 2014 (.pdf), qui autorise Free Mobile à exploiter le bloc de 5 MHZ de fréquences de la bande 1800 MHZ, dont il avait hérité de Bouygues Telecom. 

Rappelons en effet que l'an dernier, Bouygues Telecom a été le premier des trois opérateurs mobiles historiques à demander à l'Arcep que soit levée la restriction technologique qui était attachée aux premières licences octroyée aux opérateurs sur la bande 1800 MHz. Alors que ces fréquences n'étaient légalement utilisables qu'avec la 2G, Bouygues a souhaité pouvoir les recycler pour ses services 4G. En échange, l'Arcep a demandé que Bouygues abandonne l'un de ses blocs de fréquences dans cette bande, et qu'il soit attribué à Free pour veiller à l'équilibre du marché mobile.

La loi impose en effet qu'en cas de levée de la restriction technologique sur les vieilles fréquences, l'Arcep prenne "les mesures appropriées afin que soient respectés le principe d'égalité entre opérateurs et les conditions d'une concurrence effective".

C'est donc pour pouvoir exploiter ce bloc que Free en a demandé l'autorisation à l'Arcep, qui l'a donnée avec un calendrier échelonné. Dès le 1er janvier 2015, Free pourra utiliser ses 5 MHz duplex (montant et descendant) sur l'ensemble du territoire métropolitaine à l'exception de trois grandes villes, dites "zones très denses", où il devra patienter encore quelques mois. Ainsi Free devra attendre le 1er juillet 2015 pour utiliser ces fréquences à Paris et à Nice, et le 1er avril pour Marseille.

Depuis une autorisation délivrée le mois dernier, l'opérateur réalise déjà des essais techniques du LTE Advanced (4G+) au Petit Quevilly, en Seine Maritime, en exploitant des fréquences de la bande 1800 MHz.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés