Bouygues Télécom a obtenu le droit de déployer son réseau téléphonique en très haut débit mobile dans la bande autrefois réservée à la norme GSM (2G). L'opérateur pourra ainsi exploiter la 4G via la bande 1800 MHz, en plus des bandes 800 et 2600 MHz. Ses clients pourront en profiter à partir du 1er octobre.

C'était un feu vert attendu. Comme prévu, l'autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a validé jeudi soir la demande de Bouygues Télécom concernant la mise en œuvre du très haut débit mobile dans la bande 1800 MHz. Dit autrement, l'opérateur français pourra exploiter la 4G via les fréquences autrefois réservées à la norme GSM (2G).

C'est évidemment une excellente nouvelle pour Bouygues Télécom, qui défend ce recyclage depuis plus d'un an, jusqu'à faire miroiter des emplois. L'opérateur dispose en effet d'un réseau d'antennes-relais qui va lui permettre de basculer relativement aisément en 4G. Face à ses concurrents directs (Orange et SFR), qui déploient aussi leur propre réseau 4G, cela va conférer à Bouygues un avantage certain.

Bouygues devra néanmoins patienter quelques mois avant de pouvoir effectivement opérer le basculement. L'Arcep a en effet annoncé que l'accès des clients de l'opérateur à la 4G via la bande 1800 MHz sera possible à partir du 1er octobre. Ce qui ne l'empêchera pas d'affûter sa stratégie marketing et d'apparaître aux yeux du grand public en pointe sur ce dossier.

Dans son communiqué, l'Arcep a motivé sa décision en soulignant que la levée des restrictions pesant sur la norme GSM n'affectera pas significativement la concurrence. "L'avantage que pourrait tirer la société Bouygues Télécom d'une levée anticipée de la restriction technologique n’apparait pas d’une ampleur et d’une durée telles qu’il constituerait une distorsion concurrentielle sur le marché mobile".

"En outre, l’instruction ne permet pas de conclure que l’autorisation donnée à Bouygues aurait pour effet de compromettre l’emploi, l’investissement ou la compétitivité dans le secteur des communications électroniques, pris dans son ensemble", poursuit le régulateur, qui y voit une incitation pour le secteur "à tirer profit des autorisations d'utilisation de fréquences acquises […] en accélérant les déploiements et l'offre de services innovants".

Autorisé à exploiter la 4G dans la bande GSM, Bouygues Télécom pourra déployer son réseau en très haut débit mobile beaucoup plus rapidement. Surtout, l'opérateur va pouvoir faire des économies substantielles, puisqu'il lui suffira de mettre simplement à niveau ses installations. Néanmoins, le déploiement des infrastructures adaptées aux fréquences 800 et 2600 MHz se poursuivra.

Reste désormais à savoir si Orange et SFR emboîteront le pas de Bouygues Télécom. L'Arcep que les deux entreprises ont la possibilité de demander "à tout moment" que leurs autorisations dans la bande 1800 MHz soient étendues à la 4G.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés