Ubuntu et Netflix ont travaillé ensemble pour permettre aux internautes d'accéder à la plateforme de SVOD depuis le système d'exploitation libre. C'est désormais possible, à condition d'accepter l'utilisation du navigateur web Google Chrome et de passer par des DRM sous HTML5.

Les internautes qui utilisent Ubuntu au quotidien peuvent désormais regarder des films et des séries télévisées sur Netflix. Le système d'exploitation libre est en effet capable de donner accès au service de vidéo à la demande par abonnement (SVOD), mais à condition de passer par la dernière version (déjà la trente-septième !) de Chrome, le navigateur web de Google.

"Grâce aux efforts récents de Netflix et Canonical, Ubuntu est maintenant en mesure d'afficher des vidéos sur Netflix avec Chrome version 37. Chrome est disponible pour tous les utilisateurs du système d'exploitation avec versions mises à jour d'Ubuntu 12.04 LTS, 14.04 LTS et ultérieures", explique la société.

La compatibilité de Netflix avec Ubuntu a été annoncée le mois dernier, lorsqu'un technicien de la plateforme américaine a dévoilé les intentions du service sur une mailing-list de la distribution libre. Il précisait toutefois que les usagers devraient disposer de la librairie Network Security Services (NSS) 3.16.2 ou supérieure, qui a été développée par la fondation Mozilla.

Cette fonctionnalité est incontournable pour Netflix. Il s'agit de sécuriser les communications entre un serveur et une application distante afin d'empêcher l'enregistrement des flux, pour des questions de droits d'auteur. En outre, Chrome fait appel à l'extension Encrypted Media Extensions (EME) en cours de conception au W3C. Celui-ci permet d'intégrer des verrous numériques (DRM) dans le standard HTML5.

L'extension EME ne pose pas de problème à Microsoft et Google, qui l'intègre dans Internet Explorer et Chrome. Du côté de Mozilla, la situation est plus délicate. La fondation s'est finalement rangée à cette idée, malgré le courroux des défenseurs du logiciel libre, qui considèrent que les DRM n'ont pas leur place ni dans un standard W3C dans un navigateur libre, car ils contiennent du code fermé.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés