La bataille du web ouvert se joue aussi au niveau du W3C. Alors qu'est examinée la proposition d'intégrer des extensions pour médias chiffrés dans le HTML5, l'EFF a annoncé le dépôt d'une objection formelle contre cette perspective. L'ONG s'efforce de repousser l'introduction des verrous numériques (DRM) dans le HTML5, qui nuirait au web ouvert, à l'innovation et aux usagers.

Le ton monte entre les partisans des extensions pour médias chiffrés (EME) et ceux hostiles à l'intégration des mesures techniques de protection (DRM) dans le HTML5. Alors que le groupe de travail HTML du W3C a accordé le statut de première ébauche publique de travail aux EME, l'Electronic Frontier Foundation (EFF) a déposé une objection formelle contre cette proposition.

Dans son développement, l'ONG prévient que l'intégration des verrous numériques dans le HTML5 aurait des effets négatifs sur l'écosystème. L'innovation se retrouverait entravée, tandis que l'accès des internautes aux contenus deviendrait de plus en plus difficile. Autoriser les extensions pour médias chiffrés, c'est creuser un peu plus la tombe du web ouvert, explique en substance l'EFF.

Cette proposition, comme d'autres avant elle, traduit une nouvelle fois la vision d'Hollywood, estime l'EFF. "Les menaces de l'industrie du divertissement pour imposer un contrôle demeurent identiques : si vous ne faites pas comme nous le disons, vous n'aurez pas nos contenus premiums et votre technologie restera hors de propos", explique Danny O'Brien, un des responsables de l'ONG.

"Comme nous l'avons vu aussi bien avec la musique que la télévision, la menace est vide. Les contenus commerciaux vont là où sont les usagers. Et les usagers vont là où leurs droits et désirs sont le mieux respectés. Nous pensons que le gardien de ces droits sur le web devrait être le W3C et nous sommes ravis de l'aider à faire en sorte que cela perdure", conclut-il.

Le but premier de cette objection formelle est, selon l'EFF, d'étendre la discussion sur les extensions pour médias chiffrés afin de faire prendre conscience à toutes les parties des conséquences pour l'avenir du web si les DRM s'invitent dans le HTML5. Pour l'EFF, il est également nécessaire que le W3C se dote d'une politique spécifique sur les DRM, car la proposition EME n'est qu'une tentative parmi d'autres.

Même à supposer que les opposants à la proposition EME parviennent à l'écarter, les industries du divertissement et certains géants du net n'en resteront pas là. Il y a eu d'autres tentatives par le passé. Il y en aura d'autres dans le futur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés