Pour développer son système de cartes bancaires dématérialisées en Europe, Apple a recruté l'ancienne responsable des activités mobiles européennes de VISA.

Alors que l'on s'imaginait qu'Apple avait la volonté de détrôner les banques en faisant du compte iTunes un véritable compte bancaire alternatif, la firme de Cupertino s'est montrée d'une intelligence fine en annonçant un service Apple Pay qui n'est pas développé contre les banques, mais avec elles. Le service permet de réunir toutes ses cartes de paiement dans un même portefeuille virtuel, et de choisir laquelle utiliser lors d'un paiement en NFC. Apple partage alors une partie de la commission de transaction avec les banques, ce qui permet à la firme de Cupertino d'obtenir le soutien des établissements bancaires.

Mais Apple Pay n'est pour le moment annoncé qu'aux Etats-Unis, où il peut notamment surfer sur la très mauvaise sécurisation de cartes de paiement qui n'ont aucune carte à puce, mais une simple bande magnétique. La firme apporte aux consommateurs et aux banques une garantie de sécurité accrue, ce qui est un argument qui aura plus de mal à percer en Europe.

Malgré tout, la simplicité promise par Apple reste un argument, et Apple se donne les moyens de séduire ses partenaires européens. Selon le site spécialisé PaymentEye, le fabricant de l'iPhone aurait recruté Mary Carol Harris, qui s'occupait des paiements mobiles chez VISA Europe. Elle avait dirigé les fonctionnalités NFC chez Telefonica avant de rejoindre le géant du paiement en 2008.

Son recrutement doit permettre à Apple de nouer plus facilement les contacts utiles avec les banques européennes, comme il l'a fait aux Etats-Unis en signant des partenariats avec Bank of America, Citi, Capital One, Chase et Wells Fargo.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés