Android fait le bonheur de Google.... et de Microsoft. En forçant la quasi-totalité des fabricants de terminaux à signer des accords de licence avec lui, le géant des logiciels perçoit désormais des royalties sur la vente de chaque mobile sous Android. Avec le succès croissant du système d'exploitation, Microsoft pourrait donc toucher 3,4 milliards de dollars en 2013.

L'insolente réussite d'Android ne fait pas seulement le bonheur de Google. Elle ravit également Microsoft. En effet, la firme de Redmond devrait gagner près de 3,4 milliards de dollars grâce aux ventes de terminaux sous Android. La raison ? Ces dernières années, Microsoft a multiplié les accords de licence avec les principaux fabricants de smartphones qui font le choix d'équiper leurs appareils avec l'O.S. de Google.

C'est nos confrères de ZDNet qui ont fait ce petit calcul et conclu qu'Android est en fin de compte le système d'exploitation mobile le plus rentable de Microsoft, loin devant Windows Phone. Sa plateforme mobile est en effet loin de connaître la même réussite que celle promue par Google, même si une alliance a été scellée en 2011 avec Nokia et que des accords ont été signés avec plusieurs constructeurs.

La stratégie de Microsoft remonte à 2010, lorsque Steve Ballmer a dénoncé la gratuité d'Android. Une position ensuite martelée. Depuis, le géant des logiciels a signé avec HTC, LG, ZTE, Samsung et bien d'autres. En janvier 2012, ces accords couvraient 70 % du marché des téléphones Android, assurant à Microsoft une rentrée d'argent conséquente, à raison d'environ 8 dollars par mobile vendu.

Google avait évidemment dénoncé ces accords, estimant que cela s'apparentait à de l'extorsion en menaçant les fabricants d'un action en justice basée sur les brevets supposément enfreints. Le moteur de recherche n'a pas été le seul à pointer du doigt l'attitude de Microsoft. Le principal libraire américain, Barnes & Noble, a écrit au département de la justice pour réclamer l'ouverture d'une enquête à ce sujet.

Aujourd'hui, la quasi-totalité de l'écosystème matériel Android est impliqué dans un accord avec Microsoft. Même des firmes qui a priori ne sont pas les plus importantes dans le secteur des smartphones, à l'image de Nikon, Acer ou Foxconn. Seul Motorola, racheté par Google en 2011, n'est pas concerné. Mais la firme de Redmond a engagé très tôt un bras de fer judiciaire contre l'entreprise.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés