Les opérateurs et le gouvernement se sont accordés pour lancer une expérimentation commune à la rentrée pour mesurer le niveau d'interférence entre les fréquences utilisées par la télévision numérique terrestre et celles dédiées à la quatrième norme de téléphonie mobile.

C'est un problème qui a été soulevé l'an dernier par l'Agence nationale des fréquences (ANFR), alors sollicitée sur le déploiement de la quatrième norme de téléphonie mobile. Certains lots dans la bande de fréquence de 800 MHz qui ont été attribués à Orange, SFR et Bouygues Télécom risquent d'affecter la bonne réception de la TNT, puisque cette technique de télédiffusion utilise des fréquences proches de celles de la 4G.

Un test avait alors été conduit l'an dernier à Laval pour constater ces interférences. "L'émission d'un signal Long Term Evolution dans la bande issue du dividende numérique depuis les sites des opérateurs mobiles génère sur la ville de Laval un nombre de perturbations de la réception TNT plus important que prévu". Mais toutes les tentatives de correction ont échoué à "venir à bout des interférences générées".

Les difficultés à faire cohabiter la 4G et la télévision numérique terrestre sont une source de préoccupation pour le gouvernement, qui soutient le passage au très haut débit mobile, et les opérateurs, qui ont bien l'intention de rentabiliser au plus vite les coûteux investissements effectués l'an dernier en achetant les lots dans les bandes des 2,6 GHz et des 800 MHz.

D'autant qu'un autre fardeau pèsera sur les opérateurs : en cas de brouillage avéré, c'est eux qui devront intervenir. "Les opérateurs prennent les mesures nécessaires permettant de rétablir la réception des services de télévision par tout moyen approprié". Il est proposé de "faire supporter aux opérateurs une partie du coût" et "répartie entre les opérateurs en fonction de la part de brouillage qu'ils occasionnent".

Selon le ministère de l'économie numérique, une nouvelle expérimentation va être conduite à la rentrée à Saint-Étienne et va mettre à contribution les trois opérateurs concernés par la bande des 800 MHz. "Lors des discussions à Bercy avec les opérateurs la semaine dernière, ce blocage a été levé et les opérateurs sont d'accord pour lancer une expérimentation commune".

Dans cette affaire, l'opérateur qui est le plus concerné est Bouygues Télécom. Des trois candidats pour les lots dans la bande des 800 MHz, c'est lui qui a mis le montant le plus faible (683 millions d'euros) et qui a hérité du bloc qui est le plus proche des fréquences utilisées par la TNT. C'est son lot qui est donc le plus susceptible d'entrer en interférence avec la TNT.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés