Les détournements de Siri depuis la révélation de son fonctionnement par des développeurs français sont légions. L'assistant à reconnaissance vocale de l'iPhone 4S est utilisé pour contrôler des objets du quotidien, comme une voiture ou un mediacenter.

Depuis la découverte par des développeurs français du fonctionnement de Siri, l’assistant à reconnaissance vocale de l’iPhone 4S, de nombreux détournements font leur apparition. Les commandes vocales sont utilisées pour commander des objets du quotidien. Quelques projets sortent du lot tant ils semblent tout droit sortis d’un film.

Récemment, un développeur a publié une vidéo dans laquelle on le voit envoyer ses commandes à son serveur proxy qui les transmet au système Viper relié à sa voiture. Ce système lui permet, initialement, d’allumer et d’éteindre sa voiture, d’ouvrir son coffre et d’activer ou désactiver l’alarme grâce à une télécommande. Avec Siri, il peut réaliser toutes ces actions grâce à la voix.

De son côté, un second développeur a créé un plugin pour Plex, un logiciel de mediacenter open-source pour Mac OS, qui lui permet de lancer la lecture de séries en donnant simplement le numéro de l’épisode. Siri lui annonce alors le nom de l’épisode en question, et lance la lecture sur l’ordinateur. Cela ressemble, a priori, à ce qu’Apple pourrait faire dans son futur téléviseur et à ce que Steve Jobs a annoncé dans sa biographie.

Le code pour contrôler une voiture est disponible sur le site du développeur, mais il faudra encore patienter un peu avant de pouvoir essayer le plugin pour Plex. Il est trop rudimentaire et demande trop de réglages fastidueux pour le moment. Dans les deux cas, ces détournements se basent sur un proxy open-source, initialement développé pour contrôler un termostat grâce à Siri.

En voyant tous ces projets, on se dit qu’Apple aurait tout intérêt à ouvrir une API pour permettre aux développeurs d’utiliser Siri comme bon leur semble sans qu’ils aient à modifier les certificats de l’appareil et à se créer un serveur. Les solutions pour les développeurs se multiplient, à l’image de TellMe sur XBox 360 ou de la future API de Google Voice pour Android et cela ajouterait un argument de plus à l’iPhone 4S. Le téléphone serait le seul à proposer ces interactions digne de films de science fiction. Le grand public bénéficierait également d’applications inédites sans avoir d’importantes compétences techniques.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés