Microsoft à présenté mardi aux développeurs son nouveau système d'exploitation Windows 8. Si encore beaucoup de choses seront à découvrir, cette première version est déjà riche en nouveautés. Numerama fait le point.

Hier se tenait à Anaheim dans la banlieue de Los Angeles la conférence Build de Microsoft destinée aux développeurs. A l’instar de la WWDC d’Apple, la keynote d’ouverture de cette conférence fut l’occasion pour l’entreprise de présenter plus en détail son futur système d’exploitation Windows 8. Si la version présentée est encore loin de la version finale qui sera commercialisée, elle nous donne une bonne idée de ce que sera probablement le système d’exploitation dominant sur les futurs PCs.

Une nouvelle interface orientée tactile

Après avoir rappelé quelques chiffres, dont l’impressionnant 450 millions de copies de Windows 7 vendues, Steven Sinofsky, Président de la Division Windows de Microsoft s’est longuement arrêté sur l’interface utilisateur. C’est elle qui a connu le plus de modifications par rapport à Windows 7. Si le passage à un mode « classique » avec sa barre des taches et ses icônes est possible, Metro (c’est le nom de cette nouveauté) ressemble beaucoup à ce que l’on connaît sur les Windows Phones.

En effet, Windows 8 se veut résolument tactile et cela se sent jusque dans les moindres détails du système. On retrouve ainsi les blocs dynamiques propres à l’OS mobile de l’entreprise affichant rapidement les informations des applications (nombre de mails reçus, nouveaux tweets, nouvelles photos Facebook, morceau en cours de lecture, etc.). Cet espace devient donc une sorte de « super bureau » depuis lequel il est possible de lancer ou exécuter des applications qui sont, elles aussi, adaptées à ce nouveau style graphique. Microsoft livre des outils de développent facilitant la création de logiciels plus fluides, exécutables en plein écran, mieux adaptés au tactile qu’ils ne pouvaient l’être avec Windows 7.

Ces changements radicaux peuvent faire peur aux utilisateurs professionnels de Windows. Mais la dualité d’interfaces de l’OS permet de disposer d’un environnement très convivial et tactile pour la consultation et « classique » pour la production, dans lequel l’utilisateur retrouvera ses icônes, son Explorer, etc.

Un OS ouvert à de nouveaux langages

Puisque la conférence était avant tout destinée aux développeurs, Microsoft s’est ensuite attardé sur la création d’applications pour Windows 8. Si (et ce n’est pas une surprise) Visual Studio et Expression Blend sont au coeur du processus, l’entreprise permet désormais aux développeurs de créer des applications dans beaucoup de langages, y compris les langages « web » que sont les HTML5, CSS3 et JavaScript. Très peu de modifications sont donc à apporter au code pour transformer une application web en application Windows.

Le lien avec les fonctionnalités du système est ensuite assuré par des APIs appelées Windows RunTime (ou WRT), ce qui est aussi vrai pour les liens avec les réseaux sociaux, très présents dans l’OS. Ainsi, un développeur n’aura plus à se soucier de connaître l’API de Facebook ou de Twitter pour y lier son application, tout est géré par Windows. Un excellent compris pour Microsoft qui séduit les développeurs web sans froisser ses développeurs traditionnels qui peuvent continuer à coder comme avant, et dont les applications Windows 7 fonctionneront toujours dans ce nouveau système d’exploitation.

Côté hardware, Microsoft assure également avoir fait de beaux progrès. Entièrement compatible avec les plateformes Intel et ARM, il supporte nativement l’USB 3.0, consomme moins de mémoire RAM que Windows 7, supporte mieux les processeurs multi-coeurs et, comme nous le disions, démarre très rapidement. L’OS peut également être entièrement installé sur une clé USB et donc être transportable d’un ordinateur à l’autre.

Connexion à Live pour le système et pour l’utilisateur

Enfin, Windows 8 intègre complètement les services Live. Tout d’abord, le système synchronise en permanence ses réglages d’applications, informations et paramètres. Il est donc désormais possible d’avoir plusieurs machines partageant les mêmes informations, ou de récupérer simplement ces informations après un formatage. Cette synchronisation, gourmande en connexion, peut être stoppée lorsque l’on utilise le système en 3G. Skydrive, l’espace de stockage en ligne de Microsoft, est également bien exploité, servant à la fois d’espace de synchronisation pour des documents et de pont entre plusieurs machines. A noter que les développeurs bénéficieront d’API pour utiliser Skydrive dans leurs applications. Enfin, la suite Windows Live n’est pas en reste puisque la galerie de photo, le calendrier et Live mail (Hotmail) sont intégrés à l’OS.

Si Microsoft n’a pas caché que la version de Windows 8 montrée hier n’était pas la version finale, mais simplement une « Developer Preview » (par ailleurs disponible au téléchargement à cette adresse), nous avons déjà une meilleure vision de ce que Microsoft prévoit, et il est agréable de constater que, si sur le mobile l’entreprise a suivi le mouvement , elle innove dans le monde des PCs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés