Nintendo demeure particulièrement réticent à l'idée de porter ses licences sur d'autres plates-formes mobiles. Interrogé cette semaine par Bloomberg, un porte-parole a rappelé que la firme japonaise n'avait aucune intention de développer des logiciels sur des appareils concurrents.

Déjà fortement concurrencé par les smartphones sur le terrain du jeu mobile et des consoles portables, Nintendo ne va pas en plus tendre le bâton pour se faire battre. C’est en substance le message qu’a voulu faire passer Yasuhiro Minagawa, un porte-parole de la firme joint par téléphone par Bloomberg. L’entreprise japonaise, qui a récemment lancé la Nintendo 3DS, réservera toujours son catalogue à ses consoles.

La stratégie de Nintendo est de développer des logiciels pour ses propres produits, et celle-ci « n’a pas changé et ne changera pas » a-t-il déclaré. La réaction officielle de Nintendo fait suite à des rumeurs persistantes sur l’arrivée prochaine de certaines licences sur les plates-formes mobiles les plus populaires du marché, à savoir l’iOS d’Apple et Android de Google.

L’arrivée ce mois-ci d’une application Pokémon sur Android et iOS a toutefois relancé les spéculations, mais le porte-parole de Nintendo a rappelé que l’entreprise japonaise ne détenait que 32 % des parts de cette société et, qu’en conséquence, elle ne pouvait qu’afficher sa désapprobation. Les autres licences, contrôlées par Nintendo, resteront quant à elles sur les consoles de la firme.

Ce n’est pas la première fois que la question d’un portage de Mario, Zelda ou Donkey Kong sur les smartphones est évoquée. L’an dernier, la responsable en charge des ventes et du marketing chez Nintendo Amérique avait toutefois écarté cette éventualité. « Nos propriétés intellectuelles, comme Mario ou Zelda, sont tout de même les joyaux de notre couronne« .

Pas question de se saborder en partageant des licences très populaires, d’autant qu’Apple récupère un pourcentage non négligeable sur chaque vente réalisée sur l’App Store. Car évidemment, Nintendo ne va pas en plus proposer ses titres gratuitement. Reste qu’avec la démocratisation des smartphones et des tablettes, Nintendo pourrait être amené à réviser un jour sa position.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés